VIDEO. Mélenchon et une trentaine de députés En marche ! ratent le vote sur la prolongation de l'état d'urgence

LE LAB

Pourtant, le vote avait été annoncé quelques minutes plus tôt par le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy.

Voilà qui ne va pas faire taire les critiques en amateurisme de la nouvelle majorité parlementaire LREM. Alors que les députés étudiaient à l'Assemblée, jeudi 6 juillet, une sixième prolongation de l'état d'urgence, une trentaine de parlementaires ont été pris de court. N'étant pas à leur place, ils n'ont pas pu voter le texte. Une séquence isolée par le Lab

Ils étaient pourtant prévenus ! Quelques minutes plus tôt et après l'examen de tous les amendements, François de Rugy, le président LREM de l'Assemblée nationale avait annoncé l'imminence du vote et donné la parole aux orateurs des différents groupes pour les explications de vote. "Nous allons donc procéder au scrutin puisqu'il a été annoncé largement depuis plus de cinq minutes", a-t-il rajouté avant de lancer le scrutin. 

"Vous n'avez pas eu le temps d'appuyer sur le bouton ?"

Face aux protestations de ces retardataires, le président s'étonne. "Vous n'avez pas eu le temps d'appuyer sur le bouton ? Je crois qu'il y a largement les suffrages. Comme vous le voyez, le nombre de votants est de 150, le nombre de suffrages exprimés est de 150, la majorité est de 76. Pour : 137. Contre : 13. L'Assemblée nationale a donc adopté le projet de loi."

Au total, ce sont 37 députés, dont une grande majorité LREM qui ont manqué le coche, mais aussi des personnalités politiques d'expérience comme Rémi Delatte (Les Républicains) ou Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise). Ce dernier a ensuite fait savoir qu'il avait voulu "voter contre".

Vous êtes à nouveau en ligne