État d'urgence : les fêtes de fin d'année supprimées dans certaines écoles

FRANCE 3

À Roncq dans le Nord, la kermesse de fin d'année d'une école est menacée. Une équipe de France 3 s'est rendue sur place. 

Alors que la menace terroriste est toujours présente sur le territoire, de nombreux chefs d'établissements scolaires hésitent à maintenir les kermesses de fin d'année. Dans le Nord, plusieurs écoles ont préféré annuler et d'autres hésitent encore.
À Roncq (Nord), les préparatifs vont bon train. La kermesse de fin d'année, c'est la promesse d'un après-midi de convivialité. Mais cette année, la fête pourrait bien être annulée, à cause du plan Vigipirate. "Je voulais danser devant mes parents, mais on n'a pas le choix, à cause de tout ce qu'il se passe dans la vie", déplore un écolier au micro de France 3. 

Assurer la sécurité des enfants

Contrôle des sacs à main, contrôle d'identité des personnes étrangères à l'établissement, les mesures imposées à l'entrée des kermesses par le plan Vigipirate posent problème au maire. Ils sont responsables des conditions de sécurité de ses activités hors temps scolaire et réclament des instructions claires.
Côté cour, la perspective d'une interdiction liée aux risques terroristes laisse les parents dubitatifs. Craignant de ne pouvoir assurer la sécurité des enfants, des chefs d'établissement et des maires ont d’ores et déjà décidé d'annuler les kermesses de fin d'année.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne