Une lettre écrite par Salah Abdeslam en prison versée à l'enquête sur les attentats du 13-Novembre

Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police française.
Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police française. (DSK / POLICE NATIONALE / AFP)

Dans un courrier, dont "Libération" publie des extraits, le suspect-clé des attentats de Paris et Saint-Denis perpétrés le 13 novembre 2015 évoque son rapport à la religion.

"D'abord, je n'ai pas peur de faire sortir quelque chose de moi car je n'ai pas honte de ce que je suis." Ce sont les mots de Salah Abdeslam, qui répond à une femme qui lui avait adressé des courriers. Selon Libération, la lettre du suspect-clé des attentats de Paris et Saint-Denis perpétrés le 13 novembre 2015, incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis le 27 avril 2016, a été versée au dossier d'instruction le 11 octobre 2016.

Le quotidien en publie des extraits, jeudi 12 janvier, tout en précisant avoir "pleinement conscience qu'ils ne sont en rien conclusifs". "Il ne s'agit que d'éléments de compréhension parmi d'autres, permettant de saisir un peu mieux le rapport qu'entretient Salah Abdeslam à la religion, au monde extérieur et à lui-même", indique Libération.

"Je suis musulman, c'est à dire soumis à Allah"

De fait, l'islam est très présent dans cette lettre. "Je suis musulman, c'est-à-dire soumis à Allah qui m'a créé et qui par sa grâce m'a harmonieusement faconné ainsi que toi et tous ceux qui existe" [sic], écrit Salah Abdeslam.

Salah Abdeslam s'adresse directement à cette femme, dont on sait seulement que le dernier courrier a été envoyé de Côte-d'Or : "Si je te demande les intentions de ta démarche c'est pour m'assurer que tu ne m'aime pas comme si j'étais une 'star ou une idole' parce que je reçois des courriers comme ca et je ne cautionne pas cela car le seul qui mérite d'être adorer c'est Allah, Seigneur de l'univers." [sic] 

Car d'après Libération, Salah Abdeslam est destinataire de nombreux courriers. "Des catholiques lui écrivent pour l'interroger sur sa foi, des femmes crient leur amour", indique un "bon connaisseur du dossier", interrogé par le quotidien.

Vous êtes à nouveau en ligne