Pour Hollande, le réseau des attentats de Paris et Bruxelles est "en voie d'être anéanti"

Intervention des secours après l\'explosion dans la station de métro Maelbeek à Bruxelles, le 22 mars 2016. 
Intervention des secours après l'explosion dans la station de métro Maelbeek à Bruxelles, le 22 mars 2016.  (REUTERS)

Un Français est mort et 12 ont été blessés, dans les attentats qui ont fait au moins 31 morts et 300 blessés, selon le dernier bilan. 

Un Français figure parmi les personnes tuées dans les attentats de Bruxelles, indique le Quai d'Orsay, vendredi 25 mars. L'identification des victimes est longue après les attaques à l'aéroport et dans le métro de la capitale belge, qui ont fait 31 morts et 300 blessés, selon le dernier bilan officiel. Pour François Hollande, le réseau des attentats de Paris et Bruxelles est "en voie d'être anéanti", mais "d'autres réseaux" demeurent.  

Une septième personne arrêtée à Bruxelles. Selon la RTBF, au moins une nouvelle arrestation a eu lieu, vendredi matin, à Forest. La veille, six personnes avaient été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur les attentats. Selon La Libre Belgique, trois des six personnes interpellées se trouvaient dans une voiture stationnée en face du bâtiment du parquet fédéral, en plein centre de la capitale. Aucun détail n'a été communiqué pour l'heure sur l'identité de ces six personnes. 

Huit nationalités parmi les victimes. Trois jours après les attentats de Bruxelles, on dénombre huit nationalités parmi les personnes décédées : des Néerlandais, un Chinois, un Français, une Péruvienne, une Marocaine, au moins deux Belges et deux Américains. 

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, à Bruxelles. Il est arrivé vendredi dans la capitale belge pour manifester sa solidarité et proposer le soutien des Etats-Unis. Les autorités belges ont abaissé d'un cran le niveau d'alerte en vigueur. Il est passé de quatre – le maximum – à trois, deux jours après les attentats. 

Vous êtes à nouveau en ligne