Dans une lettre-testament consultée par France Inter, Salah Abdeslam confirme qu'il voulait mourir en martyr le 13-Novembre

Des images de vidéosurveillance d\'une station-service de Ressons (Oise) montrent Salah Abdeslam deux jours avant les attentats de Paris et de Saint-Denis, le 11 novembre 2015.
Des images de vidéosurveillance d'une station-service de Ressons (Oise) montrent Salah Abdeslam deux jours avant les attentats de Paris et de Saint-Denis, le 11 novembre 2015. (AFP)

Dans une lettre-testament, que France Inter a pu consulter vendredi, Salah Abdeslam confirme sa volonté de mourir en martyr lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Salah Abdeslam voulait mourir en martyr le soir du 13 novembre 2015. Le seul rescapé du commando terroriste qui frappé Paris et Saint-Denis le confirme dans une lettre-testament, que France Inter a pu consulter vendredi 26 janvier.

Selon ce document, extrait de l’ordinateur jeté dans une poubelle de Bruxelles juste avant les attentats du 22 mars dans la capitale belge, Salah Abdeslam a bel et bien tenté de se faire exploser le soir du 13-Novembre, mais sa ceinture explosif n’a pas fonctionné. "Bien que j’aurais voulu être parmi les 'shadid' (martyr), Allah en a décidé autrement (…) et j’ai réussi à rejoindre le reste des frères car il y avait un défaut dans ma ceinture", écrit le terroriste. Jeudi, France Inter avait pu consulter une expertise du gilet explosif de Salah Abdeslam confirmant qu'il était défectueux.

Réflexion d'une fuite vers la Syrie

Dans cette lettre, Salah Abdeslam explique également qu’il a hésité à partir en Syrie après les attentats de Paris mais qu’il a finalement rejoint la Belgique. "J'ai pensé dans un premier temps de venir dans la terre du 'sham', mais en réfléchissant j'ai conclu [...] que la meilleure chose était de finir le travail ici avec les frères", écrit-il.

Salah Abdeslam doit être jugé à partir du 5 février 2018 à Bruxelles pour la fusillade de Forest du 15 mars 2016. Il avait alors échappé une dernière fois aux policiers avant d’être interpellé le 18 mars 2016 à Molenbeek, près de Bruxelles.

Vous êtes à nouveau en ligne