Attentats de Paris : comment Abdelhamid Abaaoud a-t-il pu échapper aux services de renseignement ?

France 2

France 2 revient sur le parcours d'Abdelhamid Abaaoud ces derniers mois.

On le croyait en Syrie, mais le cerveau présumé des attentats de Paris était en France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Comment l'un des jihadistes les plus surveillés a-t-il pu entrer sur le sol français ? Au début de l'année 2015, il serait revenu sans difficulté en Belgique, il s'en était vanté dans la revue de propagande de Daesh. "Nous avons pu alors nous procurer des armes et installer une maison sécurisée", a-t-il déclaré. Des dires qui ne sont pas confirmés par la Belgique. Il est en tout cas repéré en Grèce au début de l'année 2015. Son portable et son ordinateur sont retrouvés à Athènes.

La stratégie du saut de puce

"Ils passent vraisemblablement la plupart du temps en voiture, par voie terrestre. Ils n'empruntent plus les circuits de vols internationaux. Ensuite, ils empruntent plusieurs pays en Europe pour éviter de rentrer dans un pays où ils sont par définition recherchés", développe Jean-Charles Brisard, président du centre d'analyse du terrorisme. "Ils effectuent des sauts de puce, pour se rendre indétectables, pour éviter les contrôles pour échapper à la vigilance des services de renseignements."
La presse allemande affirme également ce jeudi qu'Abaaoud, en route pour Istanbul, a été contrôlé en janvier 2014 à l'aéroport de Cologne. Il n'est pas inquiété, aucun service de renseignement n'avait demandé son arrestation.

Vous êtes à nouveau en ligne