Attaques à Paris : un rescapé du Bataclan témoigne

FRANCE 3

Une équipe de France 3 a rencontré un jeune homme qui se trouvait au concert du rock du Bataclan lorsque la salle de concert a été touchée par les terroristes.

Maxime Guichard est un rescapé. Vendredi 13 novembre, il est au Bataclan pour ce concert de rock qui s'est fini dans un bain de sang. Un quart d'heure avant la tuerie, il prend un selfie avec le chanteur du groupe et une photo de groupe avec ses amis dans le Bataclan. "Là où on s'est vraiment rendu compte que c'était du sérieux, que c'était des vraies armes et que les mecs étaient juste là pour nous tuer, c'était avec la première personne que j'ai vu se faire toucher. Il était à deux trois mètres de moi, un peu plus grand, et il s'est pris une balle au visage et nous on s'est pris l'éclaboussure de son sang. On était quatre cinq derrière lui et on a pris son sang sur notre visage. Là, on a eu le réflexe de se plonger par terre et de se cacher"

Traumatisme profond

Cet étudiant se trouvait à une dizaine de mètres à peine de la sortie de secours, ce qui va le sauver. "Dehors il y avait un troisième tireur et comme on est sorti en groupe il nous a dit courez où je tire. On a couru dans la petite rue sans pouvoir vraiment être protégés. Là comme on courait tous tout droit. Le mec avait juste à tirer et il tirait dans le dos et quasiment chaque balle, il y avait quelqu'un qui tombait à côté de nous. Cela aurait pu être moi comme n'importe quelle personne", explique le jeune homme.
Trois jours après l'étudiant revit le drame. "Si j'ai les yeux fermés et que j'ai de l'eau sur les mains, ça me rappelle le moment où on avait du sang un peu partout qui coulait. C'est surtout des flashs de tout le moment où on a entendu tirer. On n’aurait pas du regardé et fermer les yeux. Tous ces moments où on a vu des personnes décéder devant nous, tous les cadavres à la sortie c'est des moments qui restent". Le jeune homme sait qu'il a besoin d'aide et envisage de consulter un psychiatre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne