Attentats de Paris : les Etats-Unis lancent des sanctions contre Salah Abdeslam

Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015.
Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015. (DSK / POLICE NATIONALE)

Les Américains vont procéder au gel des éventuels avoirs de Salah Abdeslam sous juridiction américaine. Le Français, suspecté d'avoir joué un rôle-clé dans les attentats du 13 novembre, est emprisonné à Bruges (Belgique).

Les Etats-Unis ont qualifié, mardi 5 avril, Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris, de "terroriste international". Une décision qui entraîne des sanctions à son encontre, selon la loi américaine. Cette annonce du département d'Etat va permettre le gel des éventuels avoirs de Salah Abdeslam sous juridiction américaine. Il est également dorénavant interdit à tout citoyen ou toute entité américaine de faire des affaires avec lui.

"Le citoyen français né en Belgique Salah Abdeslam est un membre opérationnel du groupe Etat islamique en Irak et au Levant", a indiqué le département d'Etat. Le département du Trésor et le bureau qui contrôle les avoirs étrangers ont également confirmé avoir ajouté le nom de Salah Abdeslam à leurs listes des ressortissants étrangers soumis à des sanctions.

Au cœur du réseau de l'Etat islamique

Français de Belgique âgé de 26 ans, le jeune homme, petit caïd radicalisé qui a grandi dans la commune bruxelloise de Molenbeek, semble être au cœur du réseau du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui a semé la mort à Paris (130 morts, plusieurs centaines de blessés) en novembre dernier puis à Bruxelles, où 32 personnes sont mortes le 22 mars.

Il a été arrêté le 18 mars à Bruxelles et devrait être prochainement extradé vers la France. Il est soupçonné d'être le dernier membre survivant des commandos jihadistes de Paris et de Saint-Denis le 13 novembre.

Vous êtes à nouveau en ligne