Attentats de Paris : entendu pour la première fois par les juges, Salah Abdeslam "n'a pas souhaité s'exprimer"

Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police française.
Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police française. (DSK / POLICE NATIONALE / AFP)

Le seul membre encore en vie des commandos du 13 novembre devait être entendu vendredi par les juges d'instruction à Paris, sous surveillance maximale.

La première audition de Salah Abdeslam par des juges français a été moins longue que prévu. Le seul membre encore en vie des commandos du 13 novembre devait être entendu par les magistrats antiterroristes, vendredi 20 mai, à Paris. "Il n'a pas souhaité s'exprimer aujourd'hui", a toutefois précisé l'un de ses avocats, Frank Berton. Le terroriste présumé a indiqué qu'il "le ferait plus tard".

Salah Abdeslam apparaît comme un acteur essentiel des attentats de Paris : il a loué des véhicules et des appartements pour les membres des commandos et a déposé trois kamikazes au Stade de France. Il connaissait par ailleurs Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attaques du 13 novembre, ainsi que Najim Laachraoui, l'un des kamikazes des attentats de Bruxelles, perpétrés le 22 mars.

Il sera interrogé à plusieurs reprises par les juges

Le terroriste présumé a "envie de s'expliquer", avait pourtant affirmé son avocat, Frank Berton. Mais Salah Abdeslam a jusqu'ici livré des témoignages contradictoires aux enquêteurs, affirmant d'abord que sa ceinture d'explosifs était défaillante avant de déclarer avoir fait "machine arrière" au moment de se faire exploser au Stade de France.

"Il ne faut surtout pas être suspendu à ses lèvres" et attendre des "révélations sensationnelles", prévient Gérard Chemla, avocat de victimes des attentats. Salah Abdeslam doit être entendu à plusieurs reprises par les juges d'instruction au cours des prochaines semaines.