VIDEO. Attentat de Nice : le maire de la ville avait "validé" le dispositif de sécurité, lance Manuel Valls

FRANCE 3

Lors de la séance des questions au gouvernement, le Premier ministre a détaillé "précisément" ce dispositif, contourné par l'auteur de la tuerie au camion.

Manuel Valls a répliqué, mercredi 20 juillet, face aux critiques d'élus niçois, en premier lieu Christian Estrosi, à propos du dispositif de sécurité le soir de l'attentat du 14 juillet. Lors de la séance des questions au gouvernement, le Premier ministre a détaillé "précisément" ce dispositif, contourné par l'auteur de la tuerie au camion, qui est parvenu à faire 84 morts sur la très touristique promenade des Anglais.

Manuel Valls a notamment souligné que c'était un arrêté municipal qui avait réglementé les conditions d'accès des véhicules au célèbre boulevard côtier ce soir-là.

Un arrêté du 11 juillet signé par le directeur général adjoint de la ville (...) réglementait la circulation sur la promenade des Anglais et ses abords, car c'est une responsabilité du maire, de la police municipale.

Manuel Valls

à l'Assemblée nationale

"Ce n'est pas l'Etat qui organise les feux d'artifice"

"Ce dispositif a été concerté, consenti et validé par le maire de Nice", a relevé le Premier ministre. "Sinon cela aurait signifié que la collectivité locale organisatrice du feu d'artifice – car ce n'est pas l'Etat qui organise les feux d'artifice dans ce pays – aurait accepté l'organisation d'un événement sans souscrire au dispositif de sécurité. Qui peut l'imaginer un seul instant ?"

Le chef du gouvernement a également confirmé le nombre de policiers nationaux déployés le soir de l'attentat, citant un pointage du ministère de l'Intérieur "mis à la disposition de la justice" : "85 à 19 heures, 89 à 20 heures, 92 à 21 heures" et "64 entre 22 et 23 heures", au moment de l'attentat.

Vous êtes à nouveau en ligne