VIDEO. Attentat de Nice : "Ce qui a été frappé, c'est l'unité nationale", déclare François Hollande

FRANCE 2

Le chef de l'Etat s'est exprimé, samedi, lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat du 14-Juillet devant les familles, des membres du gouvernement et de nombreux responsables politiques. 

"Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale." François Hollande s'est exprimé, samedi 15 octobre, devant les familles, des membres du gouvernement et de nombreux responsables politiques parmi lesquels Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou Marine Le Pen, lors de l'hommage national aux victimes de l'attentat de Nice.

"C'est la visée monstrueuse qu'ont les terroristes, frapper les uns pour effrayer les autres, déchaîner la violence pour faire naître la division, susciter la peur pour alimenter la méfiance et la stigmatisation, a-t-il martelé. "Eh bien, non, je vous dis non, cette entreprise maléfique échouera, l'unité, la liberté, l'humanité, au bout du compte prévaudront."

"Je pense aussi aux magistrats"

François Hollande a, par ailleurs, rendu un hommage appuyé aux magistrats, qu'il a critiqués dans un récent livre de confidences et à qui "il revient aujourd'hui, en toute indépendance, d'établir la vérité" sur l'attentat du 14-Juillet.

Au lendemain de ses excuses aux principaux magistrats du pays pour ses propos sur la "lâcheté" des juges dans Un président ne devrait pas dire ça, le chef de l'Etat a salué leur travail, comme celui des secouristes, policiers et Niçois qui ont apporté leur aide aux victimes de l'attentat qui a fait 86 morts. "Je pense aussi aux magistrats qui, ce soir-là, se sont rendus immédiatement sur les scènes de crime pour l'identification des corps et commencer le travail d'enquête", a déclaré François Hollande.

Vous êtes à nouveau en ligne