Élections municipales à Nice : la sécurité, enjeu majeur du scrutin

Centre de contrôle de la surveillance urbaine (CSU), le 26 avril 2016, à Nice.
Centre de contrôle de la surveillance urbaine (CSU), le 26 avril 2016, à Nice. (VALERY HACHE / AFP)

À cinq mois des élections municipales, francienfo passe une journée à Nice jeudi 18 octobre. Dans la ville la plus équipée de France avec près de 3 000 caméras de vidéosurveillance, la sécurité est un thème incontournable du scrutin. 

Dans les rues, les parcs, les tramways, Nice compte 2 800 caméras de surveillance. Des appareils reliés au Centre de supervision urbain où des agents municipaux scrutent les images toute la journée.

Dans la ville la mieux équipée de France, la sécurité se retrouve au coeur des élections municipales de mars 2020. Une priorité pour les Niçois et Niçoises qui sont 45% à placer cette thématique en tête de leurs attentes, selon un dernier sondage Ipsos Sopra-Steria pour franceinfo, France Bleu et Nice-Matin.

Des boutons d'alerte reliés à la police municipale

Richard Gianotti, le directeur de la sécurité de Nice, affirme que le dispositif mis en place est efficace. "Ca marche pour les picpockets, explique-t-il. ça a recemment marché pour des individus qui créent un trouble à l'ordre public dans le tramway."

Aujourd'hui, on a déjà présenté plus de 3 000 personnes.Richard Gianotti, directeur de la sécurité de Niceà franceinfo

En plus de ces caméras, la ville de Nice a installé des boutons d'alerte dans les écoles, les mairies annexes, les bibliothèques. Le système est directement relié à la police municipale. Les commerces s'équipent aussi, moyennant 200 euros. "C'est vrai que ça donne une sécurité parce qu'une fois qu'ils sont sortis de la boutique, ils les suivent avec les caméras, explique Elise de Mike. Pour la présidente des commerçants du carré d'or dans le centre ville, ce qui la rassure aussi c'est "qu'il y a aussi un suivi sur la personne qui a commis le déli." 

Les nouveaux dispositifs que la mairie veut développer 

Sur la Promenade des Anglais, depuis l'attentat du 14 juillet 2016, tout a été réaménagé et sécurisé avec des câbles anti-intrusions et des plots pour protéger piétons et cyclistes. Ces Niçois viennent prendre le soleil en toute sérénité.  "Esthétiquement c'est parfait, explique l'un d'eux. Au niveau de l'efficacité je pense que ça l'est aussi". "Il y a eu des plots qui ont été mis pour empêcher le passage des véhicules, ça c'est une chose, observe un autre habitant. Après on n'est jamais à l'abri d'un autre système inventé par des terroristes." 

La mairie de Nice souhaite aussi développer la reconnaissance faciale pour sécuriser les grandes manifestations, comme par exemple le carnaval, et une application d'appel vidéo en direct à la police. Patrick Allemand, élu socialiste d'opposition, émet de son coté des réticences.

Il faut bien arriver à faire la distinction entre ce qui relève de la sécurité et ce qui relève des atteintes à la vie privée des Niçoises et des Niçois.Patrick Allemand, élu socialiste d'opposition, conseiller municipal de Niceà franceinfo

Pour aller plus loin dans sa politique sécuritaire, la Ville de Nice doit aujourd'hui attendre que le cadre juridique change.

Le "bus" des municipales de franceinfo

Quels sont les grands enjeux des municipales ? Jusqu’aux élections de mars 2020, franceinfo fait escale une fois par mois dans une grande ville française.

Après Grenoble, étape à Nice, où le maire sortant Christian Estrosi est le grand favori. Parmi ses concurrents en mars prochain, Philippe Vardon, poursuivi par son passé. Focus également sur l'enjeu de la sécurité, dans la ville qui compte le plus de caméras de surveillance en France.

Vous êtes à nouveau en ligne