DIRECT. Attentat de Nice : François Hollande salue la mémoire de ceux "qui sont morts pour que nous soyons vivants et libres"

Les familles des victimes sont venues déposer des roses blanches à l\'annonce des noms de leurs proches.
Les familles des victimes sont venues déposer des roses blanches à l'annonce des noms de leurs proches. (ERIC GAILLARD / AFP)

Trois mois après la tuerie, le président François Hollande se rend à Nice pour rendre hommage aux 86 personnes mortes sur la promenade des Anglais et aux centaines de blessés.

François Hollande préside, samedi 15 octobre, à Nice, une cérémonie d’hommage national aux victimes de l’attentat du 14-Juillet qui a fait 86 morts et des centaines de blessés. "Ce qui a été frappé le 14 juillet c'est l'unité nationale", a déclaré le président de la République dans son discours, mais "cette entreprise maléfique échouera".

Une rose pour les victimes. Les noms des 86 personnes tuées par Mohamed Lahouaiej Bouhlel seront énumérés et une rose blanche sera déposée pour chacune d'entre elles par des élèves d'un lycée de Nice.

 Des chants pour commémorer. Après la lecture d'un texte par un membre d'une famille de victimes, le chanteur Julien Clerc prêtera sa voix aux disparus, tout comme le chœur des enfants de l'Opéra de Nice.

Le feu d'artifice endeuillé. Le soir du 14-Juillet, environ 30 000 personnes étaient venues assister au traditionnel spectacle pyrotechnique. L'auteur de cet attentat, un Tunisien installé en France depuis plus de dix ans, a foncé dans la foule à bord d'un camion de location. L’organisation Etat islamique avait revendiqué la tuerie.

20h07 : France 3 revient en longueur sur la cérémonie d'hommage aux victimes de Nice.





(FRANCE 3)

15h13 : "Il y a des personnes qui sont toujours hospitalisées, qui vont avoir besoin de soins à très long terme. Et puis, il y a aussi toutes les victimes de stress post-traumatique, des troubles qui s'installent dans la durée, qui peuvent se réactiver dans la durée."

Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l'association "Mémoire traumatique et victimologie", revient sur les conséquences de l'attentat pour les survivants. Elle répondait aux questions de franceinfo après la cérémonie d'hommage à Nice.

13h30 : Lors de son discours, François Hollande a déclaré que l'attentat de Nice visait "l'unité nationale", mais que "cette entreprise maléfique échouerait". Voici ce passage marquant en vidéo.



FRANCE 2

13h32 : Au lendemain de ses excuses aux principaux magistrats du pays pour ses propos sur la "lâcheté" des juges dans Un président ne devrait pas dire ça, le chef de l'Etat a salué leur travail après l'attentat, dans son discours d'hommage aux victimes.



FRANCE 2

13h36 : Le chanteur Julien Clerc a interprété la chanson Utile, lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice. Notre journaliste Benoît Zagdoun a recueilli sa réaction.

FRANCE 2

12h38 : Un peu d'apaisement en ce jour d'hommage. Christian Estrosi, président de la métropole Nice Côte d'Azur, a livré quelques réactions après la cérémonie en mémoire des victimes de l'attentat.

12h33 : Voici l'un des moments forts de la cérémonie. Cindy Pellegrini a perdu six membres de sa famille lors de l'attentat de Nice, le 14 juillet. Ce matin, elle a lu une lettre rédigée par les familles des victimes réunies au sein de l'association Promenade des anges.



FRANCE 2

12h07 : La cérémonie d'hommage est maintenant terminée. François Hollande a notamment insisté sur "l'unité nationale" lors de son discours. Il a dénoncé "la visée monstrueuse" des terroristes, qui est de "susciter la peur pour alimenter la méfiance et la stigmatisation".


11h58 : J'assiste à l'hommage des victimes de La Baie des Anges. Je me joins à la peine des familles et prie pour eux.

11h59 : François Hollande vient d'achever son discours. Une nouvelle Marseillaise retentit, interprétée par le chœur des enfants de l'Opéra Nice Côte d'Azur.

11h54 : Devant mon téléviseur, je participe a cet hommage national. Pensées aux victimes et aux familles. Nice est la France.

11h54 : Nous n'oublierons jamais. Nice pour toujours dans nos cœurs...

11h53 : "Je sais que je peux compter sur chaque Française, chaque Français, pour être vigilant face au risque."

François Hollande revient sur la création de la garde nationale, qui compte 63 000 réservistes.

11h50 : Un soutien aux familles des victimes.

12h03 : ""Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale (...). Je vous dis non ! Cette entreprise maléfique échouera. L'unité, la liberté, l'humanité, au bout du compte prévaudront. C'est pourquoi nous sommes rassemblés, ici, aujourd'hui, comme toute la nation française, à l'image de la fraternité niçoise dans les instants qui ont suivi le drame."

11h44 : On pense tous les jours aux victimes.

11h44 : "[C'était] il y a trois mois, le 14-Juillet, notre fête nationale, le jour où partout dans le monde la liberté est célébrée... Il y a trois mois, c'était une belle soirée, ces moments où les gens se retrouvent, les générations se mélangent, les enfants jouent avec insouciance, ce devait être une joie et ce fut un enfer."

François Hollande prend maintenant la parole.

11h39 : La lecture des 86 noms vient de se terminer. L'Aria de la Suite en ré majeur de Jean-Sébastien Bach est interprétée par un quatuor à cordes de l'orchestre philharmonique de Nice.



FRANCEINFO

11h21 : "Laura Borla, 13 ans et demi..." Les noms des 86 morts sont lus, un par un. Une rose blanche est ensuite déposée.

11h20 : Julien Clerc a chanté Utile, une chanson écrite au début des années 1990, qui évoque la résistance au Chili.

11h29 : De nombreux ministres sont présents, parmi lesquels le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem... L'ancien président Nicolas Sarkozy, les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon, le président des Alpes-Maritimes Eric Ciotti le président de la métropole Nice Côte d'Azur Christian Estrosi, la présidente du FN Marine Le Pen assistent également à la cérémonie.

11h15 : "En ce 14-Juillet, vous vouliez simplement contempler le ciel et non pas le rejoindre." Une proche de victimes se rend au pupitre et prend la parole.

11h15 : La cérémonie débute avec la présentation des armes et l'arrivée de François Hollande. La fanfare joue La Marseillaise dans la cour où se déroule l'hommage.



FRANCEINFO

11h01 : "Il était important que la Nation rende hommage aux victimes de l'attentat. Nice est en souffrance et ne sèche toujours pas ses larmes."

Vincent Delhomel-Desmarest, secrétaire général de l'association Promenade des Anges, s'est confié au micro de franceinfo, avant le début de la cérémonie.

10h54 : France Télévisions consacre une édition spéciale à l'hommage rendu aux victimes de l'attentat de Nice. Celle-ci vient de débuter ; elle est diffusée sur franceinfo et France 2.

10h53 : Pour cet hommage, 200 familles endeuillées ont été invitées. Parmi elles, quatre femmes ont fait le déplacement de Roanne (Loire). L'une d'elles a perdu son mari, Robert Marchand, dans l'attentat. "Elle a besoin de revenir sur les lieux", explique son amie Danielle à France 3, qui parle de "traumatismes très durs".



FRANCEINFO / FRANCE 3 COTE D'AZUR

10h52 : L'Elysée défend le caractère intime de la cérémonie, mais certains regrettent qu'il n'y ait pas de retransmission publique à Nice. Notre journaliste a discuté avec des restaurateurs de la promenade des Anglais, qui auraient souhaité un hommage élargi.

10h46 : @anonyme En effet, la cérémonie est réservée aux personnes invitées, confirme notre envoyé spécial Benoît Zagdoun. Parmi les personnes conviées : des proches de victimes, des "impliqués", des secouristes et des sauveteurs. Des élus locaux et des représentants nationaux sont également invités.

10h44 : Est-il vrai que la cérémonie d'hommage à Nice est interdite au public ?

10h21 : La cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice débute à 10h50, avec une édition spéciale sur France 2. Les préparatifs se poursuivent.

09h55 : Fatima Charrihi a été la première victime du terroriste de Nice, le soir du 14-Juillet, sur la promenade des Anglais. Ali, son fils aîné, tente de surmonter sa douleur pour lancer un appel à la tolérance. Notre journaliste Benoît Zagdoun l'a rencontré.




BENOIT ZAGDOUN / FRANCEINFO

Vous êtes à nouveau en ligne