Attentat de Nice : comment Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a préparé son attaque

A Nice (Alpes-Maritimes), vendredi 15 juillet 2016, des enquêteurs inspectent la scène de l\'attentat.
A Nice (Alpes-Maritimes), vendredi 15 juillet 2016, des enquêteurs inspectent la scène de l'attentat. (ERIC GAILLARD / REUTERS)

L'homme qui a tué 84 personnes au volant de son camion sur la promenade des Anglais la nuit du 14-Juillet semble bien avoir prémédité son attaque.

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel semble avoir minutieusement préparé son attaque. Trois jours après l'attentat au camion qui a fait 84 morts à Nice, sur la promenade des Anglais, peu après les festivités du 14-Juillet, l'enquête progresse. Dimanche 17 juillet, les enquêteurs en savent beaucoup plus sur les préparatifs de la tuerie. Et, à leurs yeux, la préméditation ne fait plus guère de doute. 

>> Suivez en direct l'enquête sur l'attentat de Nice

Six personnes (cinq hommes et une femme) se trouvent toujours en garde à vue, interrogées par les enquêteurs qui tentent d'en savoir plus sur le tueur et son parcours. Sa femme, avec qui il était en instance de divorce, est ressortie libre après deux jours de garde à vue. Aucune charge n'a été retenue contre elle. 

Un compte en banque vidé et une voiture vendue 

Selon une source policière citée par le JDD Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a "vidé son compte" en banque "en une semaine". L'homme a également "vendu sa voiture" mercredi 13 juillet, la veille de son passage à l'acte.

Selon le tabloïd britannique Daily Mail, il aurait envoyé de l'argent à sa famille en Tunisie. L'information a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux mais elle est formellement démentie par une source proche de l'enquête contactée par Nice Matin

Un camion loué le 11 juillet

Le trentenaire s'est rendu lundi 11 juillet, trois jours avant la tuerie, dans une agence de location de véhicules réservée aux professionnels, située à Saint-Laurent-du-Var, une commune limitrophe de Nice, non loin de l'aéroport de Nice-Côte d'Azur. L'homme y a loué un poids lourd frigorifique blanc de 19 tonnes, celui qu'il a précipité sur la foule, la nuit de la fête nationale. Selon RTL, il est venu en personne et a présenté ses papiers d'identité et son permis poids lourd, comme le ferait n'importe quel client. Sans éveiller le moindre soupçon, souligne la radio. La location courait jusqu'au mercredi 13 juillet. Selon i-Télé, la réservation avait été faite une semaine plus tôt, le lundi 4 juillet.

Des repérages en camion les 12 et 13 juillet

Selon Europe 1, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel s'est rendu à deux reprises sur la promenade des Anglais, mardi 12 et mercredi 13 juillet, soit la veille et l'avant-veille de l'attaque. L'homme apparaît sur les images des caméras de surveillance, au volant de son poids lourd, en train d'observer les lieux avec attention, assure la radio.

Des textos à propos de "matériel et d'"armes"

Selon Nice-Matin, les policiers ont retrouvé des textos envoyés par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. L'homme y écrit qu'il est en possession "du matériel".  Y fait-il allusion au camion qu'il a loué ou parle-t-il des armes factices, de la grenade désactivée et du pistolet de calibre 7,65 mm avec lequel il a tiré sur des policiers lors de l'attaque, avant d'être abattu ? Impossible pour l'heure d'en savoir plus. 

i-Télé affirme pour sa part que le tueur s'est procuré son arme auprès d'un couple d'Albanais, placé en garde à vue, dimanche matin. D'après BFMTV, le trentenaire a également envoyé un texto plus explicite dans lequel il dit : "Amènes plus d'armes, amènes en cinq à C." Il a envoyé ce SMS jeudi 14 juillet à 22h27, peu de temps avant son passage à l'acte. A qui ces textos étaient-ils adressés et qui est ce mystérieux C. ? Là encore, l'enquête devra le dire.

Les enquêteurs travaillent sur le téléphone et le matériel informatique saisi chez Mohamed Lahouaiej-Bouhlel pour tenter de comprendre également si l'homme était en lien avec des islamistes radicaux. "Certains noms 'intéressants' sont apparus parmi ses contacts", croit savoir Le Monde. Un achat pourrait les intriguer. Nice-Matin avance que l'homme a effectué un achat en ligne mercredi 6 juillet, huit jours avant le drame, pour un montant de 24 euros. La transaction a pour libellé sur son relevé "Islam".

Vous êtes à nouveau en ligne