Attentat de Nice : jugement rendu en septembre dans le procès de la policière municipale Sandra Bertin

Entourée de ses avocats, Sandra Bertin arrive au palais de justice de Paris, le 7 juin 2017. 
Entourée de ses avocats, Sandra Bertin arrive au palais de justice de Paris, le 7 juin 2017.  (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE)

Poursuivie pour diffamation contre Bernard Cazeneuve,  la policière municipale Sandra Bertin sera fixée sur son sort le 14 septembre. Le tribunal correctionnel de Paris a mis sa décision en délibéré.

Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le jeudi 14 septembre prochain dans le procès de la policière municipale de Nice, Sandra Bertin, selon l'envoyé spécial de franceinfo au palais de justice de Paris. Sandra Bertin est poursuivie pour diffamation par l'ancien ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. La policière municipale avait maintenu devant la justice qu'elle avait subi des pressions pour modifier son rapport après l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice.

La procureure de la République a requis vendredi 7 juillet la relaxe de la policière municipale, tout en demandant au tribunal correctionnel de "rétablir la vérité", à savoir selon elle que le ministère de l'Intérieur n'avait "jamais demandé à Sandra Bertin de produire un faux".

Un état "d'extrême fatigue"

La procureure, estimant que la policière était ce jour-là dans un "état d'extrême fatigue", demande cependant au tribunal correctionnel de Paris de "retenir la bonne foi de Sandra Bertin". 

"Jamais le ministre de l'Intérieur n'a demandé à Sandra Bertin de faire un faux. Pour autant, en raison des circonstances, de son état d'extrême fatigue et sa sensibilité, Sandra Bertin a fantasmé les pressions des policiers et a eu l'impression qu'on lui avait ordonné de faire un faux", a affirmé la procureure de la République dans son réquisitoire.

Vous êtes à nouveau en ligne