Trois hommes, dont deux déjà détenus, ont été mis en examen pour un projet d'attentat en France

Un surveillant pénitentiaire dans le quartier de prévention de la radicalisation, à la prison de la Santé, le 12 juillet 2019. (Photo d\'illustration)
Un surveillant pénitentiaire dans le quartier de prévention de la radicalisation, à la prison de la Santé, le 12 juillet 2019. (Photo d'illustration) (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Différentes actions violentes auraient été envisagées avant le coup de filet des enquêteurs. 

Trois individus ont été mis en examen, vendredi 26 juillet, pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Soupçonnés de préparer des attentats en France, ils ont été écroués, a déclaré une source judiciaire à franceinfo, confirmant une information révélée par Le Parisien, mercredi 31 juillet. Parmi ces trois suspects, deux étaient déjà emprisonnés. L'un d'eux était détenu à la prison de Châteaudun (Eure-et-Loir) et l'autre à Saint-Maur (Indre).

Selon Le Parisien, les trois individus se préparaient à passer à l'acte lors de la libération prochaine de l'un d'entre eux. Ils auraient envisagé différents modes d'action : s'attaquer à des gardiens de prison, des sites institutionnels, des passants...

"C'était un projet, nous n'étions pas sur un niveau de risque particulièrement élevé", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, en déplacement dans le Gard, ajoutant que "le renseignement a bien fonctionné".

Trois suspects dont un de 27 ans, le "cerveau"

Leur profil n'a pas été confirmé mais, toujours selon les informations du Parisien, il s'agirait de trois jeunes hommes. L'un, âgé de 27 ans, est connu pour des faits d'apologie du terrorisme et de prosélytisme en prison. Il était le "cerveau" du groupe, selon le quotidien. Ayant dû changer d'établissement pénitentiaire au moins trois fois en raison d'incidents comme des appels à la prière, il a rencontré l'un des suspects à la prison de Châteaudun et l'autre dans celle de Toulon, rapporte le quotidien. 

Le second détenu, âgé de 32 ans, purge une peine de six ans de prison pour avoir rejoint, en Syrie, la branche syrienne d'Al-Qaïda. Le dernier des trois suspects, âgé de 21 ans, est un ancien légionnaire.

Vous êtes à nouveau en ligne