Un ex-militaire interpellé à Limoges dans le cadre d'une enquête pour association de malfaiteurs terroriste

Les locaux de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), à Levallois-Perret, le 5 novembre 2017. Photo d\'illustration.
Les locaux de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), à Levallois-Perret, le 5 novembre 2017. Photo d'illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

L'homme interpellé est soupçonné d'être lié à l'ultra droite et proche de la sphère néo-nazie, soutenant la thèse suprémaciste.

Un ancien militaire soupçonné d'être proche des milieux suprémacistes a été interpellé par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) à Limoges (Haute-Vienne), mardi 26 mai au matin, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information de BFM TV. Cette interpellation a lieu dans le cadre d'une enquête pour association de malfaiteurs terroriste, ouverte le 12 mai dernier par le parquet national antiterroriste.

Admiration pour le tueur de Christchurch

L'homme de 36 ans publiait régulièrement des contenus haineux et antisémites sur le réseau social Minds, un réseau alternatif où se réfugient et échangent nombre de néonazis. Ces derniers temps, il avait renouvelé ses appels au grand remplacement et avait confié sa profonde admiration pour le tueur de masse Brenton Tarrant, qui a tué l’an dernier 51 personnes dans des mosquées en Australie.

Le suspect avait été placé sous cybersurveillance. C'est la publication sur internet d’une photo présentant un homme armé et porteur d'un masque à gaz qui a notamment poussé les services de renseignement à procéder à l'interpellation. Les enquêteurs de la DGSI doivent maintenant préciser si cet homme était porteur d’un réel projet terroriste, visant notamment des lieux de culte juifs.

Vous êtes à nouveau en ligne