DIRECT. Villejuif : les deux suspects avaient "convenu de commettre un attentat", assure François Molins

Quatre jours après la découverte d'explosifs dans un atelier clandestin de cette ville du Val-de-Marne, le procureur de la République a tenu une conférence de presse. 

Quatre jours après la découverte fortuite d'explosif TATP à Villejuif (Val-de-Marne), le propriétaire du logement qui abritait cet atelier clandestin et un homme déjà connu pour sa radicalisation islamiste ont été mis en examen. Le procureur de la République, François Molins, a assuré que les deux suspects avaient "convenu de commettre un attentat sur le territoire national", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse, dimanche 10 septembre.

 Ils avaient pour but de commettre un attentat. "Leur projet était la confection d'une bombe pour commettre un attentat", a affirmé le magistrat après la confrontation des deux hommes. "Aucun projet n'était établi à ce stade, même si l'un d'entre eux a admis qu'ils avaient pensé à s'attaquer à des militaires de l'opération Sentinelle", a poursuivi François Molins.

Les deux suspects mis en examen. Les deux hommes suspectés de préparer une attaque ont été mis en examen dimanche, a également annoncé le procureur de Paris. L'un des suspects, fiché S, a entretenu des liens avec le jihadiste du groupe Etat islamique Rachid Kassim.

 Entre trois et quatre kilos de TATP. Avec les quantités de produits chimiques retrouvés par les enquêteurs, les deux suspects auraient pu confectionner entre trois et quatre kilogrammes de TATP, un explosif utilisé lors de plusieurs attentats ces dernières années en Europe. Les deux hommes voulaient fabriquer dix kilos de TATP, a ajouté le procureur.

17h34 : @Anonyme Les produits nécessaires pour fabriquer du TATP se trouvent dans n'importe quel magasin de bricolage, et si vous passez à la caisse avec, on ne vous regardera pas d'un air soupçonneux. C'est un explosif très facile à fabriquer.

Quant à la mise sur écoute de tous les fichés S, j'imagine que vous avez une baguette magique pour recruter 50 000 personnes qui se relaieront les 12 000 personnes qui figurent dans ce fichier.

17h29 : Si vous l'avez manquée, voici la conférence de presse de François Molins sur l'enquête menée sur la cellule de terroristes de Villejuif en intégralité :

(FRANCEINFO)

17h19 : Les deux hommes ont admis "avoir tenté de rejoindre l'Etat islamique en 2015", projet avorté faute de moyens et de contacts au sein de l'organisation.

18h08 : Ni Ali M.R., ni Frédéric M. n'ont été condamnés par la justice à ce jour. Seul le second était fiché S à cause de sa radicalisation. Ils sont tous deux mis en examen comme attendu.

18h45 : Frédéric M. a reconnu que lui et Ali M.R. s'étaient "convenus de commettre un attentat sur le territoire national" sans que le projet ne soit très élaboré.

17h17 : "Cette nouvelle affaire illustre la réalité et la persistance durable de la menace terroriste", a commencé François Molins. Il a également salué la "perspicacité" des deux artisans qui ont donné l'alerte. Voici l'extrait :

(FRANCEINFO)

17h17 : L'un des hommes interpellés à Villejuif, Ali M.R. a d'abord affirmé que les explosifs serviraient à braquer des banques, avant de reconnaître s'inspirer des pratiques de l'Etat islamique. Mais n'a pas donné le détail de son projet.

17h14 : Un autre homme, Frédéric M., fiché S, était en lien avec les terroristes présumés, et a été arrêté jeudi matin. Dans ses ordinateurs, on a retrouvé des photos de kalachnikov, une photo de son fils portant un fusil d'assaut factice, et des vidéos de propagandes de l'Etat Islamique. Son compte Telegram suivant de nombreuses conversations de l'EI.

17h13 : Sur l'ordinateur des suspects, on a consulté des sites jihadistes, des tutoriels de chimie, mais aussi un simulateur de conduite de poids-lourd.

17h12 : "Selon les analyses, les substances retrouvées dans cet endroit aurait pu permettre de réaliser entre trois et quatre kilos de TATP [un explosif]." François Molins ajoute qu'une bombe était en cours de fabrication à l'aide d'un réveil et d'ampoules de guirlandes de Noël.

17h11 : Vous pouvez suivre la conférence de presse de François Molins sur franceinfo et sur notre site.

17h10 : "Ils ont remarqué sur la terrasse du studio une grande bâche bleue sous laquelle régnait le plus grand désordre". Ils y ont vu des bouteilles, des seringues, des produits toxiques, des feuillets en arabe. "Conscients de la dangerosité de leur découverte, ils ont immédiatement avisé les services de police."

17h09 : François Molins salue la "clairvoyance" des deux artisans qui ont donné l'alerte pour signaler la cellule qui accumulait du matériel pour fabriquer des explosifs.

17h08 : François Molins vient d'arriver pour la conférence de presse sur l'enquête menée sur la cellule de terroristes de Villejuif. "Cette affaire illustre la permanence de la menace terroriste", commence le procureur de Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne