Français condamnés à mort en Irak : leur "sort est entre les mains d'une justice qui n'est est pas une"

Marie Dosé à Paris, le 6 mai 2019.
Marie Dosé à Paris, le 6 mai 2019. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

La justice irakienne a condamné à mort trois Français pour avoir combattu dans les rangs du groupe État islamique. L'avocate Marie Dosé dénonce une "justice arbitraire".

En Irak, trois Français ont été condamnés à mort pour avoir rejoint le groupe État islamique (EI). "Le sort de ces personnes est entre les mains d'une justice qui n'est pas une", a dénoncé lundi 27 mai sur franceinfo l'avocate Marie Dosé.

"Je trouve scandaleux que des ressortissants français qui sont judiciarisés en France soient livrés à une justice qui pratique la peine de mort de façon outrancière. Personne ne peut exactement savoir ce qui va leur arriver", a estimé Marie Dosé. Selon l'avocate, qui défend notamment des familles dont les enfants et les petits-enfants sont détenus en Syrie, "la justice irakienne est une justice arbitraire et tout particulièrement la justice antiterroriste. Les avocats n'ont pas accès au dossier, personne n'a accès à l'enquête."

Des investigations "lacunaires" selon l'avocate

"D'ailleurs il n'y a pas d'enquête, reprend l'avocate. Les décisions de culpabilité se forgent exclusivement sur des interrogatoires dans les geôles des prisons irakiennesVous imaginez à quel point les investigations sont lacunaires et à quel point la décision est arbitraire. Le sort de ces personnes est entre les mains d'une justice qui n'est est pas une."

Selon la loi irakienne, qui prévoit la peine de mort pour quiconque a rejoint une organisation "terroriste", qu'il ait combattu ou non, les trois hommes ont trente jours pour faire appel.

Vous êtes à nouveau en ligne