Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression", déclare Emmanuel Macron

Emmanuel Macron quitte le collège du Bois d\'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelynes), vendredi 16 octobre 2020. 
Emmanuel Macron quitte le collège du Bois d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelynes), vendredi 16 octobre 2020.  (AFP)

Le parquet antiterroriste a été saisi pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". 

Visiblement ému, Emmanuel Macron s'est exprimé après la mort d'un enseignant, retrouvé décapité à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression, la liberté de croire et de ne pas croire",déclaré Emmanuel Macron sur place, vendredi 16 octobre, vers 22h30. En fin d'après-midi, le corps de cet homme de 47 ans a été découvert dans une rue, non loin d'un établissement scolaire. Un jeune homme de 18 ans, porteur d'un couteau, qui se trouvait à proximité, a été abattu par la police, à Eragny, une commune voisine (Val-d'Oise). Le parquet antiterroriste a été saisi pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".  

Des perquisitions en cours vendredi soir. Plusieurs perquisitions sont en cours vendredi soir notamment dans le département des Yvelines dans l'entourage de l'assaillant, a appris franceinfo de source proche de l'enquête.

 Emmanuel Macron s'est rendu dans l'établissement devant lequel le professeur a été assassiné. Selon nos informations, Emmanuel Macron a rencontré la proviseure du collège devant lequel l'enseignant a été tué, ainsi que des policiers, le procureur, les préfets du Val-d'Oise et des Yvelines (l'attaque s'est déroulée à la lisière des deux départements), ainsi que les maires de Conflans-Sainte-Honorine et Eragny-sur-Oise. Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale et Marlène Schiappa, ministre délégué chargée de la Citoyenneté, étaient présents.

La victime est professeur en collège. Selon une source policière, la victime était un professeur dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, à proximité duquel il a été retrouvé. Selon nos informations, il avait montré à ses élèves, lors d'un cours, des caricatures de Mahomet.

L'assaillant est un jeune homme de 18 ans. La victime a été décapitée, non loin de l'établissement scolaire où il enseignait, par un jeune homme de 18 ans dont on ignore pour l'instant s'il était connu des services de renseignement. Avant d'être abattu par la police, l'auteur présumé des faits a publié sur Twitter la photo de son acte.

Vous êtes à nouveau en ligne