Antiterrorisme : la garde à vue de l'homme radicalisé arrêté à Saint-Denis mardi a été prolongée de 48h

L\'entrée des locaux de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret, près de Paris, ici en juin 2015 (illustration)
L'entrée des locaux de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret, près de Paris, ici en juin 2015 (illustration) (NICOLAS MESSYASZ/SIPA)

L'homme de 22 ans arrêté mardi et soupçonné de vouloir commettre des attaques en France reste dans les locaux de la DGSI. Sa gare à vue a été prolongée de 48 heures.

La garde à vue de l'homme radicalisé arrêté mardi 22 août à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été prolongée de 48h dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a appris franceinfo. L'homme de 22 ans, sans emploi et à tendance dépressive, faisait l'objet d'une surveillance étroite depuis plusieurs semaines, alors qu'il affichait sur internet ses velléités de commettre un attentat.

Selon les informations du service Police-Justice de franceinfo, cet homme, au casier judiciaire vierge, s'interrogeait sur la meilleure façon de commettre une attaque, et disait vouloir "mourir en martyr". Il indiquait vouloir frapper des boîtes de nuit, des bars, ou des bars libertins. Les enquêteurs émettent malgré tout des doutes sur sa capacité à mettre en oeuvre son projet terroriste.

Perquisitions chez ses parents

La section antiterroriste du parquet a été saisie le 9 août dernier, au moment où cet homme cherchait sur internet à se procurer une arme. Une enquête a alors été ouverte pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle.

Des perquisitions ont été menées au domicile de ses parents, où il réside, dans la foulée de son interpellation. Elles n'ont rien données. En matière de terrorisme, la garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures.

Vous êtes à nouveau en ligne