Seine-Saint-Denis : un psychiatre marchand de sommeil condamné à six mois d'interdiction de la médecine

Plusieurs appartements étaient loués par le psychiatre à Saint-Denis
Plusieurs appartements étaient loués par le psychiatre à Saint-Denis (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Le médecin louait plusieurs appartements insalubres et dangereux. Il n'avait jamais donné de réponse aux demandes de travaux.

Il louait des appartements insalubres et dangereux et n'avait jamais effectué les travaux exigés par la mairie de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et la préfecture. Un psychiatre parisien a été condamné par la chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins à six mois d'interdiction d'exercer la médecine le 31 mai dernier, rapporte France Bleu Paris, lundi 23 juillet. Plusieurs arrêtés d'insalubrité et de péril avaient été pris contre les logements qu'il proposait à la location.

Installations électriques dangereuses, plomb dans les murs...

Le psychiatre devra également verser 1 500 euros à la municipalité de Saint-Denis. Le médecin a aussi été condamné pour le non-paiement d'une partie de ses charges de copropriété. Devant la chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins, il a évoqué des "retards de trésorerie". Sa dette s'élevait à plus de 160 000 euros.

En 2011, une locataire avait alerté sur un plancher qui risquait de s'effondrer. Du plomb a été détecté dans les murs de plusieurs appartements et les installations électriques sont jugées dangereuses. Depuis 2016, les arrêtés ont été levés dans les logements concernés après des travaux, réalisés en partie par la Ville, qui a du se substituer au propriétaire.

La chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins explique que la location de logements insalubres enfreint le code de santé publique. "Le respect des principes déontologiques s'applique au médecin même en dehors de l'exercice de sa profession" détaille la décision. "Un médecin doit savoir que dans des logements insalubres il y a des questions de saturnisme, de plomb : c'est très lié à la question de la santé", a indiqué à France Bleu Paris, Jaklin Pavilla, première adjointe au maire de Saint-Denis.

Vous êtes à nouveau en ligne