Rixe à Orly : Booba, Kaaris et trois autres prévenus restent en prison, un ami de Booba est remis en liberté

Kaaris au tribunal de Créteil le 3 août 2018.
Kaaris au tribunal de Créteil le 3 août 2018. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Booba et Kaaris sont en détention provisoire depuis le 3 août après leur bagarre dans l'aéroport de Paris Orly. 

Les rappeurs Booba et Kaaris, ainsi que trois autres prévenus placés en détention provisoire pour "violences aggravées" après la rixe d’Orly, le 3 août, resteront en prison jusqu'à leur procès, prévu le 6 septembre, rapporte mardi 14 août la journaliste de franceinfo présente au tribunal correctionnel de Créteil dans le Val-de-Marne. Une personne a toutefois été remise en liberté, un ami de Booba. 

L'homme de 48 ans, au casier vierge, n'a porté aucun coup d'après le rapport de police. Il a donc retrouvé la liberté à l'inverse des cinq autres personnes qui comparaissaient.

Je ne suis pas à l'origine de l'altercation. Je la déplore profondément. Ma situation est une injustice. Je pense à ma familleKaaris

Tous étaient censés demander leur remise en liberté auprès du tribunal. Un des avocats du rappeur Kaaris a rappelé que son client avait un casier judiciaire vierge. Il a proposé un contrôle judiciaire, une interdiction de circuler en Ile-de-France et une caution pour prouver la bonne foi de son client qui est en détention depuis le 3 août à Fresnes. L’avocat a indiqué devant le tribunal que la prison de Fresnes, c’était "matelas au sol, rats et punaises de lit".

Des propos qui n'ont pas convaincu les juges. Ces derniers ont refusé cette demande de remise en liberté - conformément aux réquisitions du procureur - et ont renvoyé le rappeur Kaaris et trois autres personnes de son clan en prison. De son côté, le rappeur Booba a retiré à la barre sa demande de remise en liberté.  

Madame la présidente, je me désiste, je retire ma demande et souhaite retourner en celluleBooba

Parallèlement à cette demande de remise en liberté, les deux rappeurs ont fait appel de leur placement en détention provisoire. Cet appel sera examiné vraisemblablement la semaine prochaine par la cour d'appel de Paris.

Quant au procès des deux rappeurs et de neuf de leurs proches, il aura lieu le 6 septembre. Tous seront jugés pour s’être battu le mercredi 1er août dans le hall 1 de l’aéroport d’Orly qui avait dû être temporairement fermé. Le groupe Aéroports de Paris avait d'ailleurs porté plainte.

Vous êtes à nouveau en ligne