Les sujets du jour
"Gilets jaunes"Carlos GhosnBrexitIncendies en CalifornieBébé dans le coffre

DIRECT. Un an de prison avec sursis requis contre Booba et Kaaris

Les rappeurs Booba (à gauche) et Kaaris (à droite) devant le tribunal correctionnel de Créteil, le 6 septembre 2018. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Neuf membres des clans de Booba et Kaaris impliqués dans la rixe sont également poursuivis pour "violences aggravées" et "vols en réunion".

C'était la première confrontation devant la justice après leur bagarre dans le hall 1 de l'aéroport d'Orly, le 1er août. Booba et Kaaris sont jugés, jeudi 6 septembre, à Créteil (Val-de-Marne) pour une rixe qui leur a déjà valu trois semaines de prison. Le procureur a requis un an de prison avec sursis les rappeurs. Libérés fin août, ils comparaissaient devant le tribunal correctionnel qui avait ordonné leur placement en détention provisoire. Neuf membres de leurs clans respectifs impliqués dans la rixe sont également poursuivis pour violences aggravées et vols en réunion. Tous risquent jusqu'à 10 ans de prison.

Une bagarre entre deux clans. A sept contre quatre, le clan Booba affronte celui de Kaaris, au milieu de passagers éberlués et de leurs smartphones. La boutique de duty free à proximité sert de réservoir à projectiles. Bilan : quelques blessés légers, plusieurs vols retardés et plus de 50 000 euros de préjudice. Aéroports de Paris, Air France et le propriétaire de la boutique ont porté plainte.

Libérés, les deux rappeurs se tiennent à carreau. Star du rap hexagonal, Booba a promis un comportement "irréprochable". Installé à Miami, l'autoproclamé "duc de Boulogne", 41 ans, n'a pas revu ses deux enfants depuis début août.

Booba, roi du clash. Au cours de ses plus de vingt ans de carrière, Booba s'est imposé non seulement comme le patron du rap français, mais aussi comme le roi du "clash". Ses disputes l'ont conduit à se battre à Miami avec un autre rival, La Fouine. En 2014, un autre concurrent, Rohff, avait violemment frappé à Paris un vendeur de sa marque de vêtements.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BOOBA_KAARIS

12 mois de prisons avec sursis requis contre #Booba et #Kaaris.Le Procureur de #creteil requiert également 7 peines avec sursis (de 6 à 12 mois) et 2 peines fermes (6 et 8 mois) à l'encontre des 9 autres prévenus

23h18 :

France Bleu Paris apporte des précisions sur les peines requises à l'encontre des membres des deux clans impliqués dans la bagarre.

23h17 :

Selon le procureur du tribunal de Créteil, les deux rappeurs rivaux sont "tous deux responsables" de la rixe du 1er août à l'aéroport d'Orly, lors de laquelle ils ont "perdu toute lucidité". Ce sont eux qui ont échangé les premiers coups et ils ont "entraîné leurs gardes rapprochées" dans la bagarre. D'où ces réquisitions d'un an de prison avec sursis.

Des peines allant de la relaxe à 10 mois de prison ferme ont été requises à l'encontre de leurs proches. Les peines fermes sont pour leurs proches qui sont en état de récidive...

Le procureur n'a pas souhaité de faire de différence entre "ces petits bourgeois du clash, qui n'assument pas et ont offert un spectacle indigne".

Les réquisitions viennent de tomber. Le procureur a requis une peine de 12 mois avec sursis contre Booba et Kaaris.

22h59 :

Le procureur du tribunal de Créteil requiert 12 mois de prison avec sursis contre les rappeurs Booba et Kaaris pour leur rixe à Orly il y a un mois, selon un journaliste de 20 Minutes sur place.

On a aussi parlé du clip de Gotham, où #Booba (en costume de Batman) décapite #Kaaris, Rohff et La Fouine. " C’est un dessin animé ", s’est défendu Booba. "Je tue tout le monde du début à la fin dans la vidéo". Le clip en question : youtu.be/uye7g51SrYY

Interrogé sur ttes les fois où il a clashé Kaaris sur les réseaux sociaux, #Booba a expliqué : "c’est du divertissement (…) Je ne le menace pas comme lui dans sa vidéo où il dit qu’il veut boire mon sang, me casser les os, me sodomiser avec la poussette des enfants"

Comme ce moment où l’avocat de #Kaaris a interrogé #Booba sur le déroulé de la rixe : "Le 1er coup, c’est bien vous ?" "Je ne le touche pas avec le 1er coup, c’est un coup d’intimidation", a répondu le rappeur de Boulogne. "MDR !", s’est exclamé qqn dans le public.

21h59 :

Notre journaliste profite d'une suspension de séance pour raconter quelques moments forts du procès de Booba et Kaaris ce soir.

Alors qu'on aborde l'examen de personnalité des prévenus, ce qu'on peut retenir à 21h30 :

- Chaque camp rejette la faute sur l'autre.

- Kaaris a présenté des excuses, Booba, non.

- Gato do Bato s'appelle en fait Daniel Toussaint.

... L'audience se poursuit.

21h40 :

Bonsoir @anonyme, figurez-vous que l'audience est toujours en cours au tribunal de Créteil. Un journaliste de 20 Minutes fait le point. Les camps de Booba et Kaaris se rejettent la faute de la bagarre survenue il y a un mois à Orly.

21h39 :

Des nouvelles du procès des rappeurs ?

19h11 : "Je ne le menace pas comme lui dans des vidéos, où il dit qu’il veut boire mon sang, me casser les os, me sodomiser avec la poussette des enfants."

"Il y a eu une discussion à l’embarquement entre quelqu’un de mon groupe qui discutait avec quelqu’un de leur groupe

, explique Booba. Elle avait pour but de faire qu’on s’ignore."

18h59 : "C’est stupide de se battre dans un aéroport."

Le "duc de Boulogne" tente d'expliquer devant les juges sa rivalité avec Kaaris et les raisons de la bagarre qui a opposé son clan à celui de son rival, il y a un mois à l'aéroport d'Orly.

18h57 :

Devant le visionnage des images de vidéosurveillance, les avocats des deux clans s’écharpent. "Soit vous voulez raconter une histoire au tribunal, soit vous n’avez pas consulté le dossier", lance Me David Olivier Kaminski.

Le conseil de Kaaris s’agace de l’analyse que fait le clan Booba des vidéos. "Si on doit passer deux minutes à regarder ce qu’il se passe" sur les images "entre 14h56'08 et 14h56'09", interrompt Yann Le Bras, l’avocat de Booba. Dans le public, on soupire : "Laissez tourner les vidéos !"

18h40 :

Notre journaliste Kocila Makdeche assiste au procès des rappeurs Booba et Kaaris, un mois après leur bagarre à l'aéroport d'Orly. Au tribunal de Créteil, les deux camps continuent de s'affronter.

17h37 : "C’est pas bon ce qui s’est passé. Je regrette et présente mes excuses à toutes les personnes qui étaient là, qui ont été choquées par ces images. J'espère pouvoir montrer la vérité sur ce qu’il s’est passé. Comme je l’ai toujours dit, je ne suis pas à l’origine de cette rixe."

Booba préfère garder le silence avant le visionnage des vidéos de la bagarre, mais Kaaris a fait cette courte déclaration.

Les débats ont porté sur la forme, pas encore sur le fond. L’avocate du rappeur haïtien Gato da Bato (clan #Booba, 92i) a de son côté demandé la nullité car son client n’a pas eu d’interprète pendant sa garde à vue

Les avocats de #Booba et de #Kaaris estiment qu’ils ont eu accès trop tardivement au dossier alors que leurs clients étaient déjà déférés devant le parquet

Nouvelle suspension de séance. Le tribunal se retire pour se pencher sur la requête de la défense qui demande la nullité de la procédure

16h49 :

@aZen Il a fallu plus de trois heures pour trouver un interprète pour Gato da Bato, un proche de Booba. Mais l'audience est à nouveau suspendue pour examiner les demandes en nullité. Plusieurs avocats de la défense réclament la nullité de la procédure. Ceux de Booba et Kaaris estiment avoir eu accès au dossier trop tard, une autre avocate invoque l'absence d'interprète pour Gato da Bato pendant sa garde à vue.

16h41 :

le procès n'a toujours pas repris ?

14h54 :

La présidente de la cour explique qu'un "vrai traducteur" est en route et qu’elle souhaitait seulement "gagner du temps" en faisant appel à ce greffier.

15h28 :

Scène surréaliste à Créteil : à la reprise de l'audience, le traducteur choisi pour un prévenu affirme au bout de deux phrases (en anglais) qu’il n'est "pas compétent". Il s'agissait en fait d’un greffier qui n'est pas traducteur professionnel. Nouvelle suspension d'audience.

15h28 :

L'audience a été brièvement interrompue, à Créteil, pour chercher un interprète pour un prévenu. Le procès reprend.

Selon la police, la vidéosurveillance de l'aéroport montre que #Booba a porté le premier coup. Mais pendant sa garde à vue, le rappeur de Boulogne a affirmé qu'il avait reçu des projectiles alors qu'il tentait de "contourner" #Kaaris

"10 ans pour une tap' comme ça, c'est grave", me dit un partisan de #Booba. "#Kaaris s'est juste défendu, il peut pas prendre pour ça", défend Sofiane, qui soutient le rappeur de Sevran.

A un peu moins d'une heure du début de l'audience, il y a déjà beaucoup de monde dans le hall du tribunal. On retrouve surtout des fans de Booba venus pour le soutenir, comme Elodie.








12h54 :

Notre journaliste Kocila Makdeche est au tribunal de Créteil où va bientôt débuter le procès des rappeurs Booba et Kaaris, pour leur bagarre qui a causé des dégâts à l'aéroport d'Orly cet été. Ils comparaissent pour violences aggravées et vols en réunion.


11h13 :

Que risquent Booba et Kaaris a l’issue de leur procès ? Les deux rappeurs sont poursuivis pour violences aggravées et vols en réunion et risquent jusqu'à 10 ans de prison. Plus de détails dans notre article.