Cimetière profané : les suspects se défendent

FRANCE 2

Les cinq jeunes placés en garde à vue dans cette affaire se défendent de tout acte antisémite.

Après la profanation de 300 tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, jeudi 12 février, les cinq suspects en garde à vue nient avoir commis un acte antisémite.
"Selon leurs premières déclarations en garde à vue, il n'y aurait pas de motivation idéologique à ce geste. Les mineurs ont expliqué qu'ils pensaient que le cimetière était à l’abandon, comme pour se justifier", rapporte Matthieu Boisseau, l'envoyé spécial de France 2 sur place.

Jusqu'à sept ans de prison

Les cinq jeunes sont âgés de 15 à 17 ans et n'ont pas d'antécédents judiciaires. Quatre d'entre eux habitent dans le village de Sarre-Union. "Ce soir, ils risquent, en théorie, jusqu'à sept ans de prison même si, comme le procureur l'a expliqué, parce qu'ils sont mineurs, leur peine pourrait être réduite de moitié", rappelle le reporter.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne