Producteur passé à tabac par des policiers : des députés réclament une réforme de l'IGPN

FRANCE 3

Alors qu'Emmanuel Macron se dit choqué du passage à tabac de Michel Zecler, l'IGPN a été saisie de l'enquête. Elle doit entendre vendredi 27 novembre les quatre policiers suspendus. Certains députés réclament une réforme de la police des polices.

Depuis jeudi, les images du passage à tabac d'un homme noir de 41 ans par plusieurs policiers ont déjà été vues plus de 12 millions de fois. Sur le plateau du 20 Heures, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit prêt à révoquer les policiers responsables de ces violences. Au même moment, il a rendu public le rapport de l'IGPN sur d'autres violences commises quelques jours plus tôt sur la place de la République à Paris, lors de l'évacuation d'un campement de migrants.

4700 signalements en 2019

L'IGPN est aujourd'hui remise en cause jusqu'au sein de la majorité. Certains députés de l'opposition réclament quant à eux une réforme en profondeur. Le député de Seine-et-Marne Olivier Faure (PS) demande par exemple que la police des polices soit "réellement indépendante. Qu'on n'ait pas des gens qui sont en même temps dans la même administration et qui se jugent les uns les autres". L'an dernier, l'IGPN a reçu plus de 4700 signalements de la part de citoyens. 1684 enquêtes ont été ouvertes et ont donné lieu à 1678 sanctions, dont 39 révocations.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne