Yvelines : un vaste réseau de vols de voitures démantelé

Les Peugeot 5008 étaient notamment très prisées des malfaiteurs.
Les Peugeot 5008 étaient notamment très prisées des malfaiteurs. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Quatre individus ont été mis en examen. Ils sont soupçonnés d'avoir volé une cinquantaine de Peugeot 3008 et 5008, dont ils revendaient les pièces en Pologne.

Le 26 mai dernier, quatre personnes soupçonnées d'avoir participé à des vols de véhicules et à un trafic de pièces automobiles, ont été interpellées, à Verneuil-Sur-Seine et Jumeauville dans le département des Yvelines par les gendarmes, a appris ce vendredi 29 mai le service police-justice de franceinfo.

À l'issue de leur garde à vue, ces quatre individus ont été mis en examen des chefs de vols en bande organisée et association de malfaiteurs dans le cadre d’une information judiciaire. Trois d'entre eux ont été placés en détention provisoire et un autre sous contrôle judiciaire.

Plus d'une cinquantaine de voitures volées

Ces individus sont susceptibles d’avoir commis plus d’une cinquantaine de vols de véhicules Peugeot 3008 et 5008 dans les Yvelines en 2019 et 2020. Le préjudice global est estimé à plus d’un million d'euros pour l’ensemble des faits. Les véhicules étaient ensuite découpés et les pièces automobiles étaient vendues à des receleurs polonais qui effectuaient eux-mêmes le transport entre les deux pays.

Initiée en 2019 par la compagnie de gendarmerie départementale de Saint-Germain-en-Laye, l’enquête préliminaire visant cette équipe de malfaiteurs a conduit en janvier 2020 à la création d’une cellule nationale d’enquête, associant les gendarmes de la section de recherches de Versailles et l'office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). Les investigations, conduites sous l'autorité du parquet de Versailles, démontrent rapidement le caractère organisé et le phénomène international du trafic de pièces automobiles.

"Cette affaire va permettre de donner un coup d'arrêt aux vols de véhicules sur l'ensemble de l'ouest de l’Île-de-France.Colonel Hubert Percie du Sertà franceinfo

Cette enquête, qui a nécessité de nombreuses surveillances ainsi que la mise en place de techniques spéciales d’enquête, a abouti à l'identification des membres de l’équipe et à la compréhension de leur mode opératoire. Plusieurs dizaines de faits leur sont ainsi rapprochés.

"D'importants moyens ont été mis en place par la gendarmerie, mais aussi avec le soutien des effectifs de police de la BAC et de la BSU de Conflans-Sainte-Honorine", se félicite le colonel Hubert Percie du Sert, chef de la section de recherches de la gendarmerie de Versailles.

Le 26 mai dernier cette opération a mobilisé près de 150 gendarmes et policiers appuyés par les pelotons d’intervention de la garde républicaine et d‘un escadron de gendarmerie mobile de Maisons-Alfort, l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale (IRCGN), les trois PSIG des Yvelines et les effectifs de la BSU et de la BAC de Conflans-Sainte-Honorine.

Vous êtes à nouveau en ligne