Violences urbaines à Nantes : les pompiers ont reçu un millier d’appels en six heures dans la nuit de mercredi à jeudi

Les sapeurs-pompiers ont effectué une centaine d’interventions, suite aux violences urbaines ayant éclatées dans le quartier du Breil (Nantes)
Les sapeurs-pompiers ont effectué une centaine d’interventions, suite aux violences urbaines ayant éclatées dans le quartier du Breil (Nantes) (SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP)

Les responsables de la police et des pompiers reconnaissent des délais plus longs d'intervention.

Les pompiers ont reçu un millier d’appels en six heures dans la nuit du mercredi 4 (20h) au jeudi 5 juillet (2h du matin), lors de violences urbaines dans le quartier du Breil, à Nantes, indique jeudi 5 juillet France Bleu Loire Océan. "C’est plus de deux fois plus que d’habitude", a réagi le colonel Jérôme Petitgas, chef du groupement des sapeurs-pompiers de Nantes. Les sapeurs-pompiers ont effectué une centaine d’interventions dans la nuit de mercredi à jeudi. Des habitants disent pourtant se sentir "abandonnés", quand les voitures brûlent et les sapeurs-pompiers tardent ou ne viennent pas.

Les pompiers systématiquement accompagnés par des policiers

Le directeur départemental de la Sécurité publique, Jean-Christophe Bertrand explique cela par "une pénurie de moyens" pour traiter tous les faits : "on se concentre évidemment sur les plus importants". explique-t-il à France Bleu Loire Océan. Par ailleurs, un protocole entre la police et les pompiers de Loire-Atlantique oblige les sapeurs-pompiers à être systématiquement accompagnés par des policiers afin d'assurer leur sécurité pendant leurs interventions, car "les pompiers aussi sont caillassés."

"Une dizaine de véhicules de pompiers ont déjà subi des caillassages à Nantes cette semaine", précise Jérôme Petitgas, chef du groupement des sapeurs-pompiers de Nantes. 169 pompiers étaient mobilisés depuis mardi 3 juillet, au lieu de 96 habituellement.

Vous êtes à nouveau en ligne