VIDEO. Violences policières : le mouvement Génération identitaire déploie une banderole sur un toit à Paris, douze militants interpellés

Des activistes du mouvement Génération identitaire a déployé une banderole appelant à la \"justice pour les victimes du racisme anti-blanc\" lors de la manifestation contre les violences policières samedi 13 juin 2020 à Paris.
Des activistes du mouvement Génération identitaire a déployé une banderole appelant à la "justice pour les victimes du racisme anti-blanc" lors de la manifestation contre les violences policières samedi 13 juin 2020 à Paris. (QUENTIN DE GROEVE / HANS LUCAS / AFP)

La banderole a été détruite par des habitants de l'immeuble sur laquelle elle était accrochée, sous les applaudissements de la foule.

L'extrême droite est venue perturber la manifestation contre les violences policières. Samedi 13 juin, vers 14h45, alors que les manifestants étaient encore réunis place de la République à Paris, le mouvement Génération identitaire a déployé une banderole sur laquelle était inscrit "Justice pour les victimes du racisme anti-blanc - White Lives Matter" ("Les vies blanches comptent"). Une dizaine de personnes sont apparues sur le toit d'un des immeubles de la place et y ont déployé cette banderole sous les huées et les sifflets des milliers de personnes amassées sur le parvis. Douze personnes ont été ensuite interpellés, a appris franceinfo de source policière.

Les habitants de l'appartement situé sous la banderole sont sortis sur le balcon pour tenter de l'arracher puis de la découper. Ce geste a été applaudi par les participants au rassemblement. La banderole a ensuite été entièrement retirée en milieu d'après-midi. 

Un des manifestants, Bachir, a raconté au Figaro avoir réussi à accéder au toit où les militants d'extrême droite menaient leur action : "J'ai prétexté une interview, je me suis approché d'eux. Je ne connaissais pas leurs intentions. D'autres jeunes hostiles à Génération identitaire ont tenté de monter sur le toit eux aussi. Mais une dizaine des Génération identitaire se sont dirigés vers la fenêtre d'accès pour les en empêcher. Deux hostiles sont parvenus à accéder aux toits. Une bagarre a failli éclater. Je me suis interposé en criant et en affirmant que la police allait arriver et que quelqu'un allait tomber. La police est en effet arrivée juste après et a tout interrompu. Ils les ont tous fait descendre et moi aussi."

Le mouvement d'extrême droite n'en est pas à sa première action. Le 21 avril 2018, Génération identitaire avait monté une opération au col de l'Échelle, point de passage de migrants dans les Hautes-Alpes. Une centaine de personnes vêtues de la même doudoune bleue s'étaient mobilisées, avec deux hélicoptères, une banderole géante et une "frontière symbolique" matérialisée dans la neige par des grillages en plastique. Dans les semaines suivantes, les militants avaient annoncé des interceptions de migrants et des enquêtes sur les passeurs. Trois hommes ont d'ailleurs été condamnés pour cette action en août 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne