VIDÉO. Racisme : des statistiques ethniques "permettraient de réconcilier deux rives de notre société qui s'écharpent éternellement"

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye explique notamment lundi sur France Inter être heurtée par ceux qui affirment que la police est une institution raciste et invite les Français à se réconcilier avec leur histoire.

Des statistiques ethniques permettraient "de réconcilier parfois deux rives de notre société qui s'écharpent éternellement : ceux qui vous disent les Noirs et les Arabes, les personnes de couleur n'ont accès à rien et ceux qui vous disent, il n'y a pas besoin qu'ils aient accès à quoi que ce soit, le problème ne se pose pas", estime la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, lundi 15 juin sur France Inter.

Elle considère que, quand une société "n'a pas l'image d'une société discriminante, probablement qu'il y a une forme de racisme impensé qui perdure". "La réalité" c'est que "quand vous êtes black, vous mettez plus de temps à trouver un emploi, à trouver un appartement, à vous insérer dans la société. Vous avez plus de barricades autour de vous", souligne-t-elle. "Partager un constat commun", "objectiver les choses" grâce à des statistiques ethniques permettrait de "décider des actions qu'on veut mener ensemble", estime Sibeth Ndiaye. 

On n'a pas en France des lois qui séparent les individus, mais malheureusement, on a une société qui produit de la discrimination.

Sibeth Ndiaye.

à franceinfo

La porte-parole du gouvernement explique que cela la "heurte" "quand on dit que la police est une institution raciste", car elle a "l'intime conviction que ce n'est pas le cas". "On n'a pas en France des lois de ségrégation." "Et oui, on a des policiers et des gendarmes racistes, mais comme sans doute, il y a des journalistes racistes, comme sans doute, il y a des enseignants racistes. C'est ça qu'on doit combattre : ce sont les comportements individuels qui, à un moment donné, forment une sorte de système dans la société qui produit cette restriction du champ des possibles pour nos compatriotes de couleur", ajoute la porte-parole du gouvernement.

Réconcilier les Français avec leur histoire

Elle juge nécessaire que la France "se réconcilie avec son histoire". "Au Sénégal, j'avais appris la lutte avec les héros contre les envahisseurs et arrivée en France, j'ai appris la décolonisation : deux histoires qui ne se rencontraient quasiment pas. Il faut que la France se réconcilie avec son histoire", explique Sibeth Ndiaye. Elle considère qu'il ne faut pas nécessairement déboulonner des statues de figures historiques contestées, à l'image de Colbert, "père de la comptabilité et du code Noir", mais juge qu'"il y a des personnages historiques (…) qui compte tenu des choix qu'ils ont faits (…) n'ont plus leur place autre part que dans les livres d'histoire", notamment pendant la Seconde Guerre mondiale. "Je crois vraiment qu'il faut avoir pour certaines personnalités une discussion qui soit une discussion historiographique", poursuit-elle, mettant en garde contre "l''émotion" qui "nous pousserait parfois à faire des choses qui ne sont pas forcément en rapport avec la réalité historique".

Vous êtes à nouveau en ligne