"Pas un combat contre la police, mais contre le racisme", pour le président de la Licra

Mario Stasi, avocat et président de la Licra est l'invité du 23h de franceinfo. Il réagit aux propos de Christophe Castaner sur les violences et le racisme dans la police.

Mario Stasi a rencontré Christophe Castaner jeudi 11 juin. Une rencontre importante ? "Il s'agissait d'une réunion de travail et qu'il avait annoncée dans le cadre de son allocution. Pour étudier et voir comment la Licra, qui déjà intervient dans la formation de l'ordre, peut intensifier et améliorer cette formation. Nous avons eu une réunion constructive d'une heure, une heure et demie dans le cadre de la formation initiale, continue. Comment former des cadres jusqu'au commissariat de quartier, les forces de l'ordre, les former aux valeurs, leur rappeler les lois anti raciste et les former à accueillir, distinguer aussi s'ils sont victimes de racisme au sein de leurs rangs et comment réagir", dévoile le président de la Licra.

"Prise de conscience"

La Licra est là pour apaiser, non pas pour assouvir la polémique. Une ligne de crête entre ceux qui crient au racisme et les policiers ? "C'est extrêmement simple. Ce n'est pas un combat contre la police, mais contre le racisme, d'où qu'il vienne, d'où qu'il soit. Il se trouve que comme dans d'autres corps sociaux, parmi les policiers il y a des actes et paroles racistes. Et comme les magistrats, les policiers se doivent d'avoir une exemplarité, ils ont cette exigence d'être irréprochables. Il ne s'agit pas de faire le procès de la police (…) ce qui m'importe, c'est qu'il y ait une prise de conscience, des rendez-vous de travail, une convention, des formations initiales et continues pour faire un travail à long terme", rappelle Mario Stasi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne