Manifestations contre le racisme : des marches historiques font souffler un vent nouveau

France 2

La colère et la mobilisation contre le racisme et les inégalités se sont propagées à travers la planète. Un mouvement de plus, diront certains. Cependant, les rassemblements de ces derniers jours portent en eux un certain nombre de nouveaux éléments.

C’est un drapeau américain enflammé par la bougie du deuil de George Floyd. Une œuvre signée de l’artiste de rue Banksy, accompagnée d’un commentaire. "J’ai d’abord pensé que je devais me taire et écouter les Noirs parler de ce problème. Mais pourquoi l’aurais-je fait ? (...) C’est le problème des Blancs", a-t-il déclaré. Des mots qui font écho à la couleur de peau des manifestants. Les Blancs y sont aussi nombreux que les Noirs, avec un slogan : “Le silence tue”. Pour beaucoup de ces Blancs américains, il s’agit de faire face à l’histoire, de reconnaître que la fin de la ségrégation n’a pas tout réglé. Dans les années 1960, la cause des Noirs était aussi défendue par des Blancs. Depuis, le fossé s’est creusé entre les communautés. Aujourd’hui, ce sont des jeunes, une nouvelle génération, qui se mobilisent. Une union de la jeunesse noire et blanche, celle des grandes villes américaines. Des jeunes qui n’ont plus que l’antiracisme en commun. Une jeunesse aussi très politisée face à Donald Trump. La gauche américaine espère que ces jeunes seront aussi mobilisés en novembre, quand il sera l’heure d’aller voter.

Les Bush père et fils se désolidarisent de Trump

Les obsèques de George Floyd auront lieu mardi 9 juin à Houston (Texas, États-Unis). Sa mort est maintenant au cœur de la campagne présidentielle américaine. "Joe Biden va venir rencontrer la famille de George Floyd. Il ne sera pas présent à la cérémonie mardi pour des raisons de sécurité (...) Selon les pronostics, il devrait prendre une candidate vice-présidente, femme et noire", indique le journaliste Loïc de la Mornais, en duplex depuis Washington, la capitale américaine. "Du côté des républicains, il y a une ambiance de guerre civile. Colin Powell, l’ancien secrétaire d’État de George H. W. Bush durant la guerre en Irak, un républicain, vient d’annoncer qu’il ne soutiendra pas Donald Trump en novembre prochain et appelle à voter Joe Biden. Même chose pour l’ancien président George W. Bush et l’ancien candidat à la présidence Mitt Romney", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne