"Flic" : un journaliste raconte son infiltration au sein de la police

franceinfo

Valentin Gendrot est journaliste. Il a infiltré la police pendant deux ans en tant qu’adjoint de sécurité. Une expérience qu’il raconte dans son livre "Flic". 

Dans son livre Flic, le journaliste Valentin Gendrot dénonce des comportements raciste au sein de la police, "par l’utilisation récurrente du mot bâtard, un mot générique qui désigne des jeunes hommes noirs d’origine arabe ou des migrants, et, dans les faits, les violences policières que j’ai pu observer, c'est sur des jeunes hommes noirs arabes ou migrants" . Il nuance : "Tous les policiers ne sont pas racistes et tous ne sont pas violents, une majorité de policiers ne l’est pas, mais ils pâtissent de cette situation et des agissements d'une minorité"

" Être policier, c’est brasser la misère humaine" 

En 2019, 59 policiers se sont suicidés. Valentin Gendrot constate : "Etre policier, c’est brasser la misère humaine tous les jours, c’est baigner dans un univers totalement anxiogène (…) les conditions de travail, ce quotidien-là, c’est de la violence pure. Vous travaillez dans un environnement qui est dégradé (…) vous avez aussi le manque de reconnaissance de la hiérarchie et de la population".

Vous êtes à nouveau en ligne