Face à la violence de manifestants, des policiers à moto font leur retour

franceinfo

Nnoman Cadoret a filmé le passage à tabac d'un homme par des policiers portant des casques de moto, au cours de la première manifestation contre la réforme des retraites. Ces agents font partie d'une nouvelle brigade mobile.

Le 5 décembre 2019, boulevard Magenta, à Paris, des policiers avec des casques de moto frappent un homme à terre, avant de prendre la fuite. L'auteur de ces images est le photographe Nnoman Cadoret. Ce jour-là, il couvrait la première grande manifestation contre la réforme des retraites. "J'étais au milieu de la route, il y avait des gaz lacrymogènes un peu partout, on entendait des détonations derrière. C'est à ce moment-là que j'ai vu la scène, je me suis approché et j'ai commencé à filmer", raconte-t-il.

Aucun policier entendu par l'IGPN

Les policiers que Nnoman Cadoret filme sont des agents d'un genre nouveau. Ils appartiennent à la BRAV-M, la Brigade de répression de l'action violente motorisée. Il s'agit d'une unité circulant à moto, créée ouvertement pour lutter contre les casseurs. "Qu'une personne soit autant rouée de coups, alors qu'il n'oppose pas de résistance, qu'il est juste en boule, qu'il se recroqueville pour se protéger, ça reste choquant, quoi qu'il ait pu faire avant", poursuit le photographe. Cette vidéo a entraîné l'ouverture d'une enquête de l'inspection générale de la Police nationale (IGPN). Nnoman Cadoret a été convoqué comme témoin. Pour l'heure, aucun des policiers impliqués n'aurait été entendu. Derrière l'introduction de ces nouvelles unités, un changement de stratégie, décidé au plus haut niveau. Face à la violence, la police ne doit plus seulement riposter, mais passer à l'offensive.

Un reportage à retrouver en intégralité dans le magazine "Envoyé spécial" diffusé sur France 2 jeudi 6 février.

Vous êtes à nouveau en ligne