Dans le Wisconsin, la violence divise les Etats-Unis

Les deux manifestants morts après les tirs d'un milicien de 17 ans ajoutent à l'effroi aux Etats-Unis. La journée du 26 août a été marquée par une mobilisation des personnalités noires du sport.

Jeudi 27 août au soir, l'adolescent de 17 ans est en prison. Mardi, l'auteur des coups de feu mortels était l'un des volontaires de la milice armée de Kenosha. Il expliquait dans une vidéo que son travail consistait à protéger les commerces et les gens, justifiant ainsi le port d'un fusil-mitrailleur. Sur sa page Facebook, le jeune homme affiche un soutien sans faille à la police. En janvier dernier, il assistait à un meeting de Donald Trump. La convention républicaine a politisé l'usage des armes, et a invité à s'exprimer un couple qui avait brandi fusils et pistolets sur le pas de sa porte, face à des manifestants de Black Lives Matter.

Un pays fracturé

La peur de l'anarchie face à l’écœurement. Mercredi 26 août, trois matchs de la NBA ont été annulés. Les joueurs ont refusé de rentrer sur le terrain, demandant justice pour Jacob Blake. "Malgré tous nos appels au changement, rien ne se passe. Alors on ne peut pas jouer au basket aujourd'hui", a expliqué un joueur des Milwaukee Bucks. À 66 jours de l'élection présidentielle, les événements de Kenosha fracturent un peu plus l'Amérique. Ils sont le symbole d'un dialogue de sourds entre Républicains et Démocrates.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne