Violences policières

Emmanuel Macron a enjoint mardi 14 janvier au ministère de l'Intérieur de faire rapidement des "propositions pour améliorer la déontologie" des forces de l'ordre accusées de violences. Une déclaration qui intervient après que Christophe Castaner les a appelées à "l'exemplarité", braquant des policiers sous pression après des mois de manifestations et de critiques visant le maintien de l'ordre. 

Pour le chef de l'Etat, il y a urgence face à des "comportements, pas acceptables, (qui) ont été ou vus ou pointés", car ils peuvent "atteindre la crédibilité et la dignité" des forces de l'ordre. "Il ne faut avoir aucune complaisance", a-t-il asséné à Pau, tout en déplorant "la violence et le nihilisme politique" qu'expriment selon lui certains manifestants.

Au ministère de l'Intérieur, on souligne avoir "déjà engagé plusieurs travaux sur la déontologie et le contrôle", avec notamment le futur "schéma national du maintien de l'ordre dont les conclusions doivent aboutir dans quelques semaines". "Nous allons voir ce qu'il y a à améliorer, de la formation aux techniques d'intervention", ajoute-t-on.

Au lendemain de la mort près de Lyon d'un policier percuté volontairement par un fourgon lors d'une intervention, les déclarations présidentielles ont agacé les syndicats. "Ses propos sont malvenus après la mort d'un collègue et alors que les responsables sont toujours en fuite", s'est indigné auprès de l'AFP Frédéric Lagache d'Alliance.

"On est à bout, exténués, on ne peut pas faire preuve de résilience à l'infini", a renchéri auprès de l'AFP Thomas Toussaint de l'Unsa-Police. "On ne valide pas tout (les violences de policiers), a-t-il ajouté, mais il faut remettre les choses dans leur contexte". En cause à ses yeux, les "60 semaines de manifestations et de mouvement des 'gilets jaunes'" qui ont mis sur le flanc les forces de l'ordre.

plus
Emmanuel Macron a été vivement interpellé par une \"gilet jaune\" au salon de l\'Agriculture à Paris, le 22 février 2020. 

VIDEO. "Je vis la guerre tous les samedis" : une "gilet jaune" interpelle Emmanuel Macron au salon de l'Agriculture

Des policiers lors d\'un rassemblement des \"gilets jaunes\", le 9 février 2020, près de la gare de Bordeaux, là où a eu lieu l\'interpellation d\'un manifestant qui a porté plainte pour \"violences\".

L'homme violemment interpellé lors d'une manifestation des "gilets jaunes" à Bordeaux a porté plainte

Le nouveau logo de la police des polices, l\'Inspection générale de la police nationale (IGPN), présenté le 2 septembre 2013. 

"Des policiers qui vont juger des policiers, ce n'est pas très rassurant" : un manifestant témoigne après avoir signalé des violences à l'IGPN

La gare de Bordeaux, le 18 juin 2019 (photo d\'illustration).

Interpellation d'un "gilet jaune" à Bordeaux : le parquet saisit l'IGPN

Les nouvelles brigades motorisées de la police

Face à la violence de manifestants, des policiers à moto font leur retour

Manifestations : de nouvelles unités créées pour \"passer à l\'offensive\"

Manifestations : de nouvelles unités créées pour "passer à l'offensive"

Place de la République, devant un mur de photographes, un gendarme lance une grenade lacrymogène, lors d\'une manifestation de \"gilets jaunes\" à Paris, le 2 février 2019.

"Le plus important n'est pas de filmer, mais de diffuser" : comment les vidéastes ont réussi à documenter les violences policières

Un \"gilet jaune\" à terre après un tir de LBD sur les Champs Elysées, le 8 décembre 2018. 

VIDEO. "Tant que j'aurai la force physique, je continuerai à filmer l'injustice" : deux vidéastes racontent les violences policières dans les manifestations

Pour le journaliste David Dufresne, les BRAV-M sont \"une espèce de résurgence des voltigeurs\"

VIDEO. Pour le journaliste David Dufresne, les BRAV-M sont "une espèce de résurgence des voltigeurs"

Les BRAV-M, les unités de police à moto, seraient-elles plus dangereuses pour les manifestants que pour les casseurs ?

VIDEO. Les BRAV-M, les unités de police à moto, seraient-elles plus dangereuses pour les manifestants que pour les casseurs ?

Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, était l\'invité du \"8h30 franceinfo\" le jeudi 6 février 2020.

"Nous avons besoin d'ordre et d'autorité", Xavier Bertrand interpelle Emmanuel Macron

Face à face tendu entre les forces de l\'ordre et les manifestants lors d\'un rassemblement des \"gilets jaunes\" à Paris, le 26 janvier 2019. Photo d\'illustration.

franceinfo junior. Pourquoi y a-t-il des violences dans les manifestations ?

Emmanuel Macron en déplacement à Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 14 janvier 2020.

VIDEO. Violences policières : les allers-retours de l'exécutif

Emmanuel Macron à Angoulême (Charente), le 30 janvier 2020. 

"Je récuse le terme de 'violences policières', la violence est d'abord dans la société", affirme Emmanuel Macron

Manifestation à Paris le 30 juillet 2016, après la mort d\'Adama Traoré lors de son interpellation dans le Val-d\'Oise.

Affaire Adama Traoré : la demande de reconstitution examinée jeudi 30 janvier par la cour d'appel de Paris

Désintox. Violences policières : de vraies vidéos mais de mauvaises dates

Désintox. Violences policières : de vraies vidéos mais de mauvaises dates

Un policier de la BAC tient une grenade GLI-F4, lors de la manifestation pour marquer l\'anniversaire du mouvement des \"gilets jaunes\", à Nantes (Loire-Atlantique), le 16 novembre 2019.

Police : comme prévu, mais un peu en avance, la grenade GLI-F4 est interdite

David Le Bars en octobre 2019. 

Retrait de la grenade GLI-F4 : "Il faut donner à la police les moyens de disperser les groupes hostiles", avertit le syndicat des commissaires

Une grenade GLI-F4 en novembre 2019. 

Retrait de la grenade GLI-F4 : "Ce n'est pas un vrai changement, c'est une annonce politique", estime l'ONG chrétienne Acat

Un policier tient à la main une grenade GLI-F4, lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\", sur la place de la Bastille, à Paris, le 26 janvier 2019. 

Maintien de l'ordre : après le retrait des grenades GLI-F4, que sait-on de leurs remplaçantes, les GM2L ?

Un policier de la BAC tient une grenade GLI-F4, lors de la manifestation pour marquer l\'anniversaire du mouvement des \"gilets jaunes\", à Nantes (Loire-Atlantique), le 16 novembre 2019.

Violences policières : Christophe Castaner annonce le retrait immédiat des grenades explosives GLI-F4

Un officier de police tient une grenade explosive GLI-F4 dans la main lors d\'une manifestation de \"gilets jaunes\" à Paris, le 26 janvier 2019, sur la place de la Bastille.

Retrait de la grenade GLI-F4 : "On va vers le désarmement de la police en maintien de l'ordre", selon le sociologue Sebastian Roché

\"Salut l\'info !\", épisode 18.

Violences policières, BD et Mbappé, c’est l’actu de la semaine pour les enfants !

Monique Chemillier-Gendreau

"Il y a trop de laissés pour compte dans les démocraties", pour Monique Chemillier-Gendreau

Certains participants à la manifestation pour dénoncer les violences policières ont enflammé les barricades constituées de mobilier urbain à Nantes samedi 3 août 2019.

Conflits sociaux : la violence prend le pas sur le dialogue

Une manifestation à Paris le 22 janvier 2020.

Manifestations : 45% des personnes interrogées jugent que les forces de l'ordre ont fait un usage excessif de la force, selon un sondage

Photomontage de plusieurs captures d\'écran d\'une vidéo montrant un policier frappant un manifestant à terre, le 19 janvier 2020 à Paris, lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\". 

Manifestant frappé au sol à Paris : non, le sida ne se transmet pas en crachant de la salive et du sang au visage

Anne Hidalgo était l\'invitée de France Inter mercredi 22 janvier. 

VIDEO. Violences policières : "Le ministre de l'Intérieur devrait regarder de plus près ce qui se passe à la préfecture de police de Paris", estime Anne Hidalgo

Capture écran de la vidéo où un policier frappe un manifestant au sol. 

Manifestant frappé au sol à Paris : selon l'avocat du policier, son client n'a "pas du tout" perdu ses nerfs

Violences policières.

"Je suis en train d'étouffer" : le témoignage de Tony Dos Santos, victime de violences policières

12

Vous êtes à nouveau en ligne