VIDEO. Loi "Sécurité globale" : "Il y a une dérive autoritaire de ce gouvernement", dénonce Clémentine Autain

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

La députée La France insoumise a critiqué la proposition de loi "Sécurité globale", qui fait polémique. Elle a estimé que le gouvernement était allé "aux forceps" pour faire adopter le texte.

"Il y a une dérive autoritaire de ce gouvernement", a dénoncé samedi 21 novembre sur franceinfo, la députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain. La proposition de loi "Sécurité globale" est "une véritable attaque par rapport à l'équilibre qui doit exister entre les policiers et les citoyens".

Même si l'article 24 de ce projet de loi a été quelque peu réécrit pour que la seule volonté manifeste de porter atteinte à un agent soit sanctionnée, l'élue a estimé que le gouvernement est allé "aux forceps". "À minuit, il restait 682 amendements. Ils ont décidé de pousser le débat jusqu'à 6 heures ce matin. Je trouve que c'est assez déraisonnable, ces conditions démocratiques pour discuter d'une loi très importante", a expliqué Clémentine Autain.

"Il existe déjà de quoi protéger les policiers"

"Je reconnais aujourd'hui qu'il y a un problème de relations entre la police et la population. Pour avancer vers une police républicaine, il faut davantage de justice. Au moment des 'gilets jaunes', nous avions des images très importantes de violences policières, des violences qui semblaient rester à chaque fois impunies", a assuré l'élue de Seine-Saint-Denis.

Cette loi vise à intimider celles et ceux qui voudraient filmer et à donner davantage de pouvoirs aux policiers.

Clémentine Autain, députée La France insoumise

à franceinfo

Clémentine Autain "ne comprend pas cette proposition de loi". Elle a estimé que "dans la loi actuelle, il existe de quoi protéger les policiers", comme l'article 226-1, "qui stipule dans le Code pénal qu'on sanctionne le fait de porter atteinte à l'intimité de la vie privée". Et quand il s'agit de policiers, il y a des circonstances aggravantes, a rappelé la députée.

Il n'y a pas que cet article qui fait bondir la parlementaire de La France insoumise. "On a quand même une autorisation maintenant très large d'utilisation des drones. C'est inédit. Cela veut dire qu'il va y avoir une collecte massive d'individus avec zéro garantie sur la vie privée", a-t-elle ajouté. "C'est la neuvième loi qui porte atteinte depuis le début du quinquennat aux libertés et à la démocratie."

Vous êtes à nouveau en ligne