Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet : trois personnes de l'entourage de l'assaillant ont été placées en garde à vue

Des policiers conduisent une perquisition au domicile de l\'homme qui a tué une fonctionnaire de police à Rambouillet (Yvelines), le 23 avril 2021.
Des policiers conduisent une perquisition au domicile de l'homme qui a tué une fonctionnaire de police à Rambouillet (Yvelines), le 23 avril 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une fonctionnaire de police a été tuée à l'entrée du commissariat de Rambouillet, vendredi, par un assaillant muni d'un couteau. L'homme a été abattu.

Trois personnes de l'entourage de l'assaillant qui a tué une policière au commissariat de Rambouillet (Yvelines) plus tôt dans la journée ont été placées en garde à vue vendredi 23 avril, a appris France Télévisions auprès du parquet national antiterroriste, qui s'est saisi de l'enquête. Ce direct est désormais terminé.

Une fonctionnaire de police tuée au couteau. La victime de l'attaque au couteau de Rambouillet est âgée de 49 ans. Prénomée Stéphanie, elle était agente administrative au commissariat, a appris franceinfo de source policière. Elle se trouvait dans le sas d'entrée du bâtiment lorsqu'elle a été attaquée.

 L'assaillant est mort. Le suspect, qui avait été interpellé plus tôt dans l'après-midi, a succombé à ses blessures après avoir été touché par balles, affirment des sources policières à franceinfo et France Télévisions. L'assaillant, de nationalité tunisienne, était âgé de 36 ans. Inconnu des services de police et de renseignement, il était arrivé de manière irrégulière en France en 2009, avant d'être autorisé à rester sur le territoire.

Le parquet antiterroriste est saisi. Le Pnat a ouvert "une enquête de flagrance des chefs d''assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste' et 'association de malfaiteurs terroriste'", confiée conjointement à la Direction centrale de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure. Les modalités de l'attaque, "la personne de la victime", des "éléments de repérage" de la part de l'assaillant ainsi que des "propos tenus par l'auteur" au moment des faits justifient cette saisine.

Les Yvelines, un département plusieurs fois touché par le terrorisme. Un couple de fonctionnaires de police avait été tué à coups de couteau en juin 2016 dans son pavillon de Magnanville, par un homme se revendiquant de l'organisation Etat islamique. Le 16 octobre 2020, le même département avait été marqué par l'attaque au couteau d'un professeur de collège, Samuel Paty, décapité par un jeune homme de 18 ans originaire de la république russe de Tchétchénie.

Vous êtes à nouveau en ligne