Fillette grièvement blessée à Chanteloup-les-Vignes : les parents ont porté plainte contre X, la petite fille est sortie du coma

Chanteloup-les-vignes (cité de La Noé).
Chanteloup-les-vignes (cité de La Noé). (JULIEN CONSTANT / MAXPPP)

L'enquête du parquet de Versailles devra déterminer si l’une des balles de LBD utilisées par les forces de l'ordre a pu atteindre la fillette, ou si elle a été touchée par un autre projectile.

Les parents de la petite fille de cinq ans qui a été grièvement blessée, dans l'après-midi du samedi 4 avril à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), au moment même où des jeunes affrontaient la police, ont porté plainte contre X pour violences, a appris franceinfo mardi 7 avril auprès de la procureure de Versailles, Maryvonne Caillibotte.

Peut-être un tir de LBD

Les policiers présents samedi dans le quartier de la Noé, qui devaient être entendus ce mardi, n'ont pas pu l'être. Ils le seront dans les prochains jours. L'oncle de la fillette, qui est confiné avec le reste de la famille et qui participait à la balade, a indiqué, selon nos informations, avoir ramassé juste après l’impact un objet qui pourrait être un morceau de balle de LBD. Quatre lanceurs de balles de défense ont été saisis, selon des sources concordantes à franceinfo.

La petite fille sortie du coma

La petite fille, blessée à la tête par un projectile non identifié, est sortie du coma, annonce mardi 7 avril la procureure de Versailles Maryvonne Caillebotte. Opérée dans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 avril, elle se trouve dans un état stable et réclame ses parents. Un nouveau certificat médical va être demandé pour évaluer son état.

Les parents de l'enfant ont été entendus sur les circonstances de l’accident. Selon la procureure de Versailles, ces derniers ne sont "pas du tout vindicatif" et veulent simplement que la vérité éclate. Selon leur récit, samedi 4 avril, ils sont allés faire une promenade en fin d’après-midi et c'est sur le chemin du retour qu'ils ont vu leur petite fille, qui marchait quelques mètres devant eux, tomber brutalement après avoir été touchée par un projectile.

Des contrôles de confinement qui dégénèrent

Les policiers de Chanteloup-les-Vignes ont de nouveau dû intervenir dans le quartier sensible de la Noé, dans la soirée du lundi 6 avril, rapporte France Bleu Paris. Ils ont à nouveau dû faire usage de gaz lacrymogène et de LBD. Les effectifs de police "procédaient au contrôle d’individus dans le cadre du respect des règles du confinement" quand il ont reçu des projectiles, "dont des pierres", qui venaient "de groupes hostiles et des étages" des immeubles, a indiqué la direction départementale de la sécurité publique à France Bleu Paris. Il n’y a pas eu de blessé, ni de dégât ni aucune interpellation.

Vous êtes à nouveau en ligne