Attaque à la préfecture de police : la piste terroriste privilégiée

Le procureur antiterroriste en a dit davantage samedi 5 octobre sur les motifs du passage à l'acte de l'assaillant à la préfecture de police de Paris. Son profil se dessine petit à petit.

Le profil et les motivations de Mickaël H., l'assaillant de la préfecture de police de Paris, se précisent. Le procureur antiterroriste a dévoilé plusieurs éléments samedi 5 octobre lors d'une conférence de presse. Vers 11h50, l'informaticien a envoyé une trentaine de messages à caractère religieux à son épouse, tels que : "Allah akbar" ou encore "Suis notre prophète bien aimé" ou "Médite le Coran". Il va ensuite acheter un couteau vers 12h25. Le gérant du magasin témoigne : "Il n'a pas posé de questions, il est entré, et s'est dirigé vers le fond du magasin". Il achète donc deux couteaux.

Acte prémédité

La suite, c'est une attaque violente qui durera sept minutes. Un acte prémédité de nature terroriste. "La poursuite des investigations a permis d'établir des contacts entre l'auteur des faits et plusieurs individus susceptibles d'appartenir à la mouvance islamiste salafiste. L'auteur des faits aurait adhéré à une vision radicale de l'islam", a révélé Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste.

Converti depuis une dizaine d'années, il s'était réjoui des attentats de Charlie Hebdo. Des voisins l’auraient entendu crier "Allah akbar" dans la nuit. Son épouse est toujours en garde à vue.

Vous êtes à nouveau en ligne