Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche informatique effectuée par Mickaël Harpon avant son passage à l'acte accrédite la piste terroriste

Mickaël Harpon, un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui a tué quatre de ses collègues, le 3 octobre 2019.
Mickaël Harpon, un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui a tué quatre de ses collègues, le 3 octobre 2019. (DR)

L'agent avait fait une recherche internet comportant les mots "comment tuer des infidèles".

Les expertises informatiques sur les ordinateurs et smartphone personnels de Mickaël Harpon, abattu le 3 octobre 2019 après avoir tué quatre agents à la préfecture de police de Paris, ont permis d'établir que le fonctionnaire avait fait une recherche internet comportant les mots "comment tuer des infidèles" juste avant son passage à l'acte, a appris mercredi 26 février franceinfo de source proche de l'enquête, confirmant une information du journal Le Parisien. Cette recherche a été effectuée dans l'heure précédant son attaque, a par ailleurs appris franceinfo.

Les investigations des enquêteurs dans le matériel informatique personnel de Mickaël Harpon ont été ralenties, car ses ordinateurs et son smartphone étaient protégées par des mots de passe qui ont été difficiles à "cracker". Les services techniques de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) continuent d'exploiter la masse très importante de données contenue dans le téléphone de l'assaillant.

Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez, doit être entendu mercredi à 14 heures par la commission d’enquête sur les dysfonctionnements ayant conduit aux attaques commises à la préfecture de police, le 3 octobre 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne