Attaque à la préfecture de Paris : "Aucune exportation de données personnelles" de policiers décelée après l’analyse de la clé USB du tueur

Un hommage avait été rendu par Emmanuel Macron aux quatre victimes de l\'attaque de la préfecture de police de Paris, le 8 octobre 2019.
Un hommage avait été rendu par Emmanuel Macron aux quatre victimes de l'attaque de la préfecture de police de Paris, le 8 octobre 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les policiers étaient inquiets d'une éventuelle fuite de ces données.

"Aucune exportation de données personnelles" de policiers n’a été décelée, après l’analyse de la clé USB du tueur, Mickaël Harpon, a indiqué le préfet de police, Didier Lallement, dans un message interne à destination du personnel de la préfecture de police de Paris que franceinfo a pu se procurer mercredi 4 décembre.

"Aucun usage anormal" de la clé USB

Une clé USB avait été découverte dans le bureau de l’auteur de l’attaque, un informaticien employé depuis 16 ans à la préfecture de police de Paris. Les policiers étaient inquiets d'une éventuelle fuite de ces données. Mais, "aucun usage anormal de ce support informatique n’a été mis en évidence", assure le préfet.

Le 3 octobre, Mickaël Harpon, informaticien de 45 ans employé depuis 2003 à la préfecture de police de Paris, avait tué trois policiers et un agent administratif, et blessé un autre agent administratif, avant d'être abattu. Son geste relèverait d'"un délire mystique et suicidaire", sur fond de frustration professionnelle, aggravée par son handicap de surdité. Aucun lien avec une organisation terroriste islamiste n'a pu être établie jusqu'ici.

Vous êtes à nouveau en ligne