Attaque à la préfecture de police

C'est une attaque inédite par un membre de la célèbre institution. Quatre fonctionnaires ont été tués, jeudi 3 octobre, à coups de couteau, à l'intérieur même de la préfecture de police de Paris. L'assaillant, un employé administratif de 45 ans, a été ensuite abattu par les forces de l'ordre.

Il travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), en tant qu'informaticien au service technique de la DRPP.

Le parquet antiterroriste a été saisi de l'enquête. Outre la recherche d'éventuels complices dans les milieux radicaux, les enquêteurs tentent d'éclaircir la nature des informations auxquelles l'assaillant a pu avoir accès à la préfecture, où il travaillait depuis 2003.

plus
Un hommage avait été rendu par Emmanuel Macron aux quatre victimes de l\'attaque de la préfecture de police de Paris, le 8 octobre 2019.

Attaque à la préfecture de Paris : "Aucune exportation de données personnelles" de policiers décelée après l’analyse de la clé USB du tueur

L\'intérieur du tribunal de grande instance de Paris.

Un agent de l'administration pénitentiaire suivi pour radicalisation a été affecté à la "souricière" du TGI de Paris avant de changer de poste

L\'enquête sur l\'attaque à la préfecture de police de Paris se poursuit. Le 3 octobre 2019, quatre personnes avaient été tuées à l\'arme blanche par un salarié de la préfecture. Le préfet est auditionné devant la commission de l\'Assemblée nationale mercredi 30 octobre. Charlotte Gillard, journaliste de France Télévisions fait le point.

Attaque à la préfecture de police : des questions sur le mobile

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, lors d\'une conférence de presse, le 30 avril 2019 à Paris. 

Radicalisation : sept policiers privés d'arme depuis l'attaque de la préfecture

Deux policières témoignent sur France 3, le 30 octobre 2019, à propos de la radicalisation d\'un de leurs collègues.

"C'était quelqu'un qui prônait la tolérance" : deux policières racontent comment leur collègue radicalisé n'avait jamais éveillé leurs soupçons

Deux policières témoignent sur France 3, le 30 octobre 2019, à propos de la radicalisation d\'un de leurs collègues.

TEMOIGNAGES FRANCE 3. "C'était quelqu'un qui prônait la tolérance" : deux policières racontent comment un collègue radicalisé n'a jamais éveillé leurs soupçons

La préfecture de police de Paris, le 3 octobre, après l\'attaque au couteau qui a fait 4 morts.

Attaque à la préfecture de police de Paris : la piste terroriste n'est plus privilégiée par les enquêteurs

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, le 30 octobre 2019 à l\'Assemblée nationale.

VIDEO. Policiers désarmés, signalement de Mickaël Harpon... Ce qu'il faut retenir de l'audition du préfet Didier Lallement sur l'attaque à la préfecture de police

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, lors d\'une conférence de presse, le 30 avril 2019 à Paris. 

DIRECT. Attaque à la préfecture de police : regardez l'audition à l'Assemblée nationale du préfet de police de Paris

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, lors de son audition devant la commission d\'enquête de l\'Assemblée nationale à Paris, le 30 octobre 2019. 

Sept policiers ont été "désarmés" depuis l'attaque à la préfecture de police de Paris, annonce le préfet

Emmanuel Macron, le 17 octobre 2019.

Emmanuel Macron ordonne à ses ministres d’accélérer contre le communautarisme

Frédéric Péchenard, vice-président Les Républicains d\'Île-de-France, était l\'invité de franceinfo jeudi 24 octobre 2019.

VIDEO. Attaque à la préfecture de police de Paris : après ses propos sur Charlie Hebdo, l'assaillant "aurait dû être dégagé immédiatement", selon Frédéric Péchenard

Photo d\'illustration.

Radicalisation dans la police : multiplication des signalements

La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019, juste après l\'attaque.

Police : hausse du nombre de signalements pour radicalisation

La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019, juste après l\'attaque.

Attaque à la préfecture de police de Paris : toutes les gardes à vue sont levées

Photo d\'illustration.

TEMOIGNAGES FRANCEINFO. Appel à vigilance après l'attaque à la préfecture de Paris : "C'est une chasse aux sorcières", dénonce un policier musulman

Le formulaire transmis par l\'université de Cergy-Pontoise lundi 14 octobre 2019 aux personnels universitaires.

Université de Cergy-Pontoise : un formulaire, destiné à détecter les "signaux faibles de radicalisation" parmi les étudiants et les enseignants, crée la polémique

Des policiers après l\'attaque au couteau à la préfecture de police le 3 octobre. 

Attaque à la préfecture de police de Paris : cinq personnes de l'entourage de Mickaël Harpon interpellées

Mickaël Harpon, un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui a tué quatre de ses collègues, le 3 octobre 2019.

Attaque à la préfecture de police de Paris : interpellation de cinq personnes dans l'entourage de Mickaël Harpon, dont l'un des imams de Gonesse

Mickaël Harpon, un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui a tué quatre de ses collègues, le 3 octobre 2019.

Attaque à la préfecture de police : cinq membres de l'entourage du tueur interpellés dans le Val-d'Oise

Des policiers portent le cercueil d\'une des victimes de l\'attaque à la préfecture de Paris, le 8 octobre 2019.

Offensive turque en Syrie, émotion à la préfecture, Teddy Riner... les images fortes de la semaine

L\'accès bloqué à la préfecture de police de Paris, après l\'attaque, jeudi 3 octobre.

Radicalisation dans l'administration : Hausse des signalements

Deux policiers armés (illustration).

Policiers : deux agents désarmés après des soupçons de radicalisation

La préfecture de police a été victime d\'une attaque mortelle jeudi 3 octobre 2019, perpétrée par l\'un de ses fonctionnaires.

Policiers : deux agents radicalisés désarmés

Mosquée de la cité de la Fauconnière à Gonesse (Val-d\'Oise).

Tuerie à la préfecture de police de Paris : un imam de Gonesse fiché S écarté de la mosquée

Policier (illustration).

Île-de-France : deux policiers soupçonnés de radicalisation désarmés après la tuerie à la préfecture

Deux policiers armés (illustration).

Tuerie à la préfecture de police de Paris : les armes de deux policiers franciliens confisquées en raison de soupçons de radicalisation

La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019. 

Attaque de la préfecture de Paris : le 23h philo avec France Culture

L\'avocate Yael Scemama, le 13 mai 2019.

"Mon client conteste avec fermeté toute apologie du terrorisme", soutient l'avocate de celui qui voulait manifester en soutien à Mickaël Harpon

 Les bœuf-carottes se mettent à table

VIDEO. Les bœuf-carottes se mettent à table

1234567

Vous êtes à nouveau en ligne