À Nantes, de nouveaux quartiers concernés lors de la troisième nuit consécutive de violences urbaines

Des cendres encore fumantes, dans la matinée du vendredi 6 juillet 2018, sur l\'île de Nantes (Loire-Atlantique).
Des cendres encore fumantes, dans la matinée du vendredi 6 juillet 2018, sur l'île de Nantes (Loire-Atlantique). (ANTOINE DENÉCHÈRE / RADIO FRANCE)

Le début de soirée jeudi, à Nantes (Loire-Atlantique), avait pourtant été plutôt calme après la mise en garde à vue du policier qui a tué un jeune homme de 22 ans et après la marche blanche organisée en sa mémoire.

Plusieurs quartiers de Nantes (Loire-Atlantique) ont été, dans la nuit de jeudi 5 à vendredi 6 juillet, le théâtre de violences pour la troisième nuit consécutive après la mort d'un jeune homme tué par un policier mardi, a constaté France Bleu Loire Océan. De nouveaux quartiers sont concernés.

Toujours le même point de départ

Les violences ont à nouveau débuté dans le quartier du Breil, avant de s'étendre à des secteurs qui n'avaient pas été concernés jusque-là : les Bottière et le Bout-des-Pavés. À Bellevue, aux Dervallières, sur l'île de Nantes, des voitures ont à nouveau été incendiées. Le quartier Bottière a été l'un des plus touchés. Le lycée Léonard-de-Vinci et une station-service ont été victimes d'un début d'incendie. En tout, plus d'une soixantaine de voitures ont été incendiées, notamment dans le quartier du Bout-des-Pavés, dans le nord de la ville.

Un cocktail Molotov a également été lancé contre un fourgon de police dans la cour du commissariat de Saint-Herblain. Au Clos-Toreau, un quartier du sud de la ville, un adolescent de 14 ans a quant à lui été arrêté avec un bidon d'essence et des mèches. Le début de soirée jeudi avait pourtant été plutôt calme après la mise en garde à vue du policier qui a tué un jeune homme de 22 ans et après la marche blanche organisée en sa mémoire.

Quatre personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi à Nantes, a appris franceinfo ce vendredi de sources policières. Huit bâtiments administratifs ont été visés par des incendies dans plusieurs quartiers de la ville, et une cinquantaine de véhicules ont été brûlés. Selon France Bleu Loire Océan, la voiture personnelle de la maire PS de Nantes, Johanna Rolland, a été incendiée jeudi soir.

Vous êtes à nouveau en ligne