Pédophilie : le cardinal Barbarin soupçonné d'avoir caché des agressions sexuelles

FRANCE 3

Une enquête préliminaire a été ouverte contre l'archevêque de Lyon pour non-dénonciation de crime. Il affirme qu'il va coopérer avec la justice.

Que savait le cardinal Barbarin ? Depuis hier, vendredi 4 mars, l'archevêque de Lyon (Rhône-Alpes) fait l'objet d'une enquête préliminaire pour non-dénonciation de crime. Il est soupçonné d'avoir caché les agressions sexuelles perpétrées par le père Preynat sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991.

Contrairement à ce qu'il affirmait au préalable, le cardinal Barbarin a déclaré au journal La Croix qu'il avait été alerté des agissements du prêtre et l'avoir rencontré dès 2007-2008. "Si Barbarin avait rempli son devoir de dénoncer auprès de la justice ces faits d'agressions sexuelles, il n'y aurait pas quatre victimes dans ce dossier Preynat, mais plusieurs dizaines. Et ce ne serait pas seulement des faits d'agressions sexuelles, ce serait aussi des cas de viols. Ces gens-là ne seront jamais reconnus comme victimes", confie à France 3 François Devaux, victime et président de l'association "La parole libérée".

La défense du cardinal

Certains faits non dénoncés sont aujourd'hui trop anciens, donc prescrits. Les victimes dénoncent l'omerta de l'Eglise pendant plus de 25 ans. Leur plainte vise aussi deux autres responsables du diocèse de Lyon, un vicaire de Roanne et des dirigeants de la congrégation pour la doctrine de la foi au Vatican. Dans un communiqué, le cardinal Barbarin se défend en rappelant qu'il n'était pas archevêque de Lyon à l'époque et qu'il n'a jamais couvert de faits de pédophilie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne