Pédophilie : un directeur d'école mis en examen en Gironde

Un panneau annonçant la présence de deux psychologues à l\'école élémentaire de Cadaujac, en Gironde, mercredi 4 novembre 2015. 
Un panneau annonçant la présence de deux psychologues à l'école élémentaire de Cadaujac, en Gironde, mercredi 4 novembre 2015.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Dans un communiqué, le procureur de la République de Bordeaux a confirmé le placement en détention provisoire de l'enseignant. 

Le directeur de l'école élémentaire de Cadaujac, en Gironde, a été mis en examen, mardi 10 novembre. Dans un communiqué, le procureur de la République de Bordeaux a confirmé le placement en détention provisoire de l'enseignant, suspendu après la découverte de "plus de 60 000 fichiers" d'images pédopornographiques sur son ordinateur.  

Il est accusé de "détention, diffusion d'images à caractères pédopornographiques et violences sans incapacité totale de travail avec préméditation", indique le communiqué.  Ce dernier qualificatif est lié aux images prises à l'insu des enfants, mais n'impliquant pas de violences physiques. L'homme d'une quarantaine d'années est en effet suspecté d'avoir filmé lui-même certaines vidéos d'enfants nus, surtout des garçons, dans les vestiaires de la piscine.

Arrêté sur son lieu de vacances le 27 octobre, le directeur avait tenté de se suicider. Aujourd'hui, ces jours ne sont plus en danger.

Aucune plainte des parents d'élèves pour l'instant 

L'enquête devrait notamment déterminer si des élèves de l'école sont directement concernés par ces agissements. Sur la base des premières images exploitées, "aucune" victime n'a pour l'heure été identifiée, et il n'est pas clairement établi "si les images ont été importées ou réalisées par l'intéressé", avait précisé vendredi devant la presse le procureur de la République à Bordeaux Marie-Madeleine Alliot.

S'il n'est pas établi qu'il ait commis les faits reprochés dans le cadre de ses fonctions, le travail d'analyse de la totalité des fichiers va être "considérable", avait souligné la magistrate.

Enseignants et parents avaient appris la suspension du directeur à la rentrée des vacances de la Toussaint. Pour l'instant, aucune plainte n'a été déposée.