L'Éducation nationale suspend 26 personnes déjà condamnées pour agression sexuelle sur mineur

Le groupe scolaire \"Le Mas de la Raz\" de Villefontaine en Isère. Le directeur de l\'établissement avait été mis en examen pour le viol de plusieurs enfants avant de se suicider en prison. 
Le groupe scolaire "Le Mas de la Raz" de Villefontaine en Isère. Le directeur de l'établissement avait été mis en examen pour le viol de plusieurs enfants avant de se suicider en prison.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Après avoir consulté l'intégralité des casiers judiciaires de ses agents, l'Éducation nationale s'est aperçue que 26 personnes avaient été condamnées pour atteinte ou violence sur mineur, ou détention d'images pédopornographiques.

L'Education nationale a terminé la vérification des casiers judiciaires de ses agents (enseignants, personnels de cantine, personnels administratifs,…) entamée en 2016, et relevé, pour un million de casiers, les cas de 26 personnes condamnées pour atteinte sexuelle sur mineur, violence sur mineur ou détention d'image pédopornographique hors du cadre scolaire, a appris, vendredi 19 janvier, franceinfo.

Ces 26 personnes condamnées ont été suspendues le temps de lancer une procédure de révocation pour les fonctionnaires, tandis que l'Education nationale a mis fin aux contrats des contractuels. Plus largement, le contrôle a relevé 83 condamnations pour faits graves, qui ont donné ou vont donner lieu à une réponse de l'administration (révocations notamment pour violences sur mineurs ou pédopornographie, mais aussi suspensions, blâmes, etc.).

Un nombre faible [...] mais toujours trop importantStéphane Crochet, secrétaire général SE-UNSAà franceinfo

"C’est une bonne chose que le ministère ait fait ce travail exhaustif sur l’ensemble de son personnel", a réagi sur franceinfo le secrétaire général du syndicat SE-UNSA, Stéphane Crochet. Ces 26 condamnations représentent "un nombre faible au regard du million de personnes concernées mais ça fait toujours un nombre trop important en termes de risque potentiel, qui aujourd’hui est évacué", a estimé le syndicaliste.

Cette vérification a été décidée par la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem suite à l'affaire de Villefontaine (Isère). Un directeur d'école maternelle avait été mis en examen pour viol sur certains de ses élèves alors qu'il avait déjà été condamné en 2008 pour détention d'images pédopornographiques. Il avait pu continuer à exercer, l'Éducation nationale n'ayant pas été mise au courant de ces faits.

Depuis 2016, la loi Villefontaine oblige les procureurs de la République à informer l'Éducation nationale d'éventuelles condamnations. En 2016, 30 personnes avait déjà été radiées pour des cas de pédophilie ou pédopornographie selon les chiffres du ministère. Les casiers inspectés sont le B2 - qui intègre la plupart des condamnations pour crimes et délits - et le Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV).