Éducation nationale : 26 fonctionnaires suspendus

Cette vidéo n'est plus disponible

26 personnes qui travaillent pour l'Éducation nationale viennent d'être suspendues après vérification de leur casier judiciaire.

Les casiers judiciaires d'un million de personnes travaillant pour l'Éducation nationale ont été passés au crible. Résultat, 26 fonctionnaires suspendus qui présentaient une condamnation pour atteinte sexuelle, violence sur mineur ou détention d'images à caractère pédopornographique. Des actes commis en dehors de l'école, après leur entrée en fonction. "Aujourd'hui, quelqu'un ne peut pas rentrer dans l'Éducation nationale avec de tels antécédents", explique le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

Réaction après l'affaire de Villefontaine

La vérification des casiers a duré près de deux ans et on la doit à l'ancienne ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem. Elle l'avait lancée après l'affaire de Villefontaine (Isère) en 2015, dans laquelle le directeur d'une école maternelle avait été mis en examen pour plusieurs viols. Un homme pourtant condamné sept ans auparavant pour détention d'images pédopornographiques. Depuis, une loi permet les échanges d'information entre les ministères de la Justice et de l'Éducation nationale. En 2016, 30 personnes avaient déjà été radiées de l'Éducation nationale pour des faits de pédophilie ou de pédopornographie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne