Pas-de-Calais : le centre de formation de la SNSM à Calais cambriolé trois fois de suite, cinq embarcations dérobées et 50 000 euros de préjudice

Le bateau de la SNSM de Calais en mer, le 25 janvier 2019 durant un exercice.
Le bateau de la SNSM de Calais en mer, le 25 janvier 2019 durant un exercice. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Ces vols répétés, qui représentent une perte de 50 000 euros, remettent en cause les opérations de surveillance de l’association, l’été prochain, à Calais.

Entre le 16 mars et le 29 avril, le centre de formation de la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Calais a été cambriolé à trois reprises, pour un préjudice de 50 000 euros, rapporte France Bleu Nord. Des cambriolages répétés au cours desquels cinq embarcations ont notamment disparu. Le centre calaisien de la SNSM pourrait bien ne pas être opérationnel cet été.

Le premier vol a eu lieu le 16 mars dernier : un moteur de hors-bord volé. Les cambrioleurs ont cassé le volet roulant et une vitre du centre de formation, mais ils ont été interceptés par la police. Le butin a été retrouvé. Un peu mois d'un mois plus tard, alors que les embarcations avaient été déplacées dans un hangar du port de Calais pour plus de sécurité, la police découvre sur le portable d'un suspect que des bateaux de la SNSM étaient en vente sur internet. Et dans le hangar calaisien, cinq embarcations avaient disparu. Deux petits bateaux pneumatiques et trois zodiacs ont été dérobés. L'un d'eux a été identifié en Angleterre.

Tout le matériel du centre volé

Enfin, il y a quelques jours, le 29 avril, un sauveteur a constaté que tout le matériel du centre avait disparu : paddles, zodiacs, et même les sacs d'interventions, qui contiennent des défibrillateurs et des bouteilles d'oxygène. Du matériel essentiellement utilisé pour former les jeunes sauveteurs, mais qui peuvent aussi servir l’été lors des opérations de secours sur les plages.

Ces vols répétés, qui représentent une perte de 50 000 euros, remettent en cause les opérations de surveillance de l’association, l’été prochain, à Calais. Et suscitent la colère de la SNSM : "L'absence totale de respect pour des biens financés en grande partie grâce à la générosité du public et dédiés au secours de toute personne en danger en mer est particulièrement choquant", déplore la SNSM dans un communiqué.

Vous êtes à nouveau en ligne