Opération antiterroriste : "sept interpellations" selon Hollande, un mort à Strasbourg

(Lionel Vadam Maxppp)

Une opération antiterroriste a été lancée samedi matin dans plusieurs villes de France, conduisant à "sept interpellations" selon le chef de l'Etat, notamment à Cannes et en banlieue parisienne. À Strasbourg, un homme est mort lors de son interpellation, trois policiers ont été légèrement blessés. Cette vaste opération serait liée au jet d'un explosif dans une épicerie casher de Sarcelles dans le Val d'Oise en septembre.

Le 19 septembre dernier, l'attaque d'une épicerie casher de Sarcelles (Val d'Oise), avec un engin explosif, avait suscité une vive émotion dans la communauté juive. La vaste opération menée samedi matin simultanément dans plusieurs endroits de France serait directement liée à cette affaire.

Il y a quelques jours, le parquet de Pontoise, initialement en charge des investigations, s'était dessaisi au profit du parquet antiterroriste qui a confié l'enquête à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et à la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire.

Strasbourg : un mort lors de son interpellation

Samedi matin une interpellation était prévue à Strasbourg, dans le quartier d'Esplanade, dans le cadre de cette enquête. Lorsque les policiers sont entrés dans le domicile de l'homme à interpeller, la victime âgée d'une trentaine d'années a tiré. Les policiers ont riposté et l'ont touché mortellement. La femme de la victime a été interpellée.

Trois policiers ont été blessés. L'un d'eux a notamment reçu une balle au niveau de la tête et une autre au niveau du coeur, mais elles ont été arrêtées par son gilet pare-balles et son casque de protection.

Les personnes interpellées appartiendraient aux "milieux salafistes"


L'opération antiterroriste de samedi a conduit à "sept interpellations", a indiqué samedi François Hollande. Le président de la République a affirmé "la détermination entière de l'Etat à protéger les Français contre toutes formes de menaces terroristes ", dans un communiqué de l'Elysée. Le chef de l'Etat a "salué l'action de la police et demandé au ministre de l'Intérieur ", Manuel Valls, qu'il a reçu à l'Elysée, "de prendre toutes les mesures de vigilance nécessaires ".

Des sources policières ont insisté sur la détermination d'une partie des personnes interpellées, qui appartiendraient aux "milieux salafistes", selon l'AFP. Le procureur de la République de Paris doit communiquer samedi à 17h lors d'une conférence de presse.

Vous êtes à nouveau en ligne